Publicité

À Surinam

Attente interminable pour les parents des élèves de Gopeenath Cheetamun GS

12 février 2024, 17:30

Par

Partager cet article

Facebook X WhatsApp

Attente interminable pour les parents des élèves de Gopeenath Cheetamun GS

Les parents des élèves de l'école gouvernementale (GS) Gopeenath Cheetamun, à Surinam, sont toujours en colère. Depuis avril 2023, une partie des élèves a été transférée à l'école gouvernementale Robert Edward Hart après la propagation de punaises et de termites dans les salles de classe. Un préposé du ministère de l'Éducation leur avait promis que le problème serait résolu d'ici trois à quatre mois, mais près d'un an après, le problème persiste toujours. Ils avaient exprimé leur colère à la rentrée scolaire en manifestant, mais cela semble être tombé dans l'oreille d'un sourd. Une mère de famille explique qu'en avril 2023, à la veille de la rentrée du deuxième trimestre, la direction de l'école avait demandé à rencontrer des parents pour leur faire part de la propagation de «carias» (termites) dans certaines classes. Ils avaient pris la décision de fermer ces classes et de transférer les élèves dans une autre école. Un préposé du ministère leur avait également assuré que le problème serait rapidement résolu et qu'ils envisageaient de changer le toit de l'école. Selon lui, des appels d'offres avaient déjà été lancés. Cependant, plusieurs mois sont passés, et les travaux n'ont pas débuté à l'école. «Nou aprann ki oken tender pa inn lansé. Anplis, sa bann klass ki ti sipozé finn fermé la, ena profeser ki pé fer klass ek zanfan ladan. Ena zanfan pé gagn pikir ek pinèz ek pé gagn plakar rouz lor lekor», confie une habitante du Sud.

On apprend également que les chaises et les tables de l'école gouvernementale Gopeenath Cheetamun ont été envoyées à l'école Robert Edward Hart pour que les élèves puissent les utiliser. «Bizin zot tir latab ek sez ki ena karia ek pinez. Pé zwé dan enn lot lékol, ki serti?», se demande cette mère de deux garçons. Elle explique que le ministère avait également mis une fourgonnette à la disposition des élèves, mais depuis le début de l'année, c'est un autobus qui est chargé de faire le trajet. Cependant, la semaine dernière, le chauffeur de l'autobus a laissé son fils en première année à l'école.

Un préposé du ministère de l'Éducation nous assure que des mesures et des dispositions ont été prises pour garantir le bien-être des élèves. Il nie que les tables et les chaises contaminées aient été transférées dans l'autre école et confirme également que, pour éradiquer le problème, des techniciens de Pest Control ont été sollicités. «Il est regrettable que les parents utilisent de tels arguments», ajoute-t-il, précisant cependant qu'une chose est certaine : les élèves ne retourneront pas à l'école Gopeenath Cheetamun de sitôt. Le bâtiment est non seulement contaminé, mais il est aussi délabré, avec une toiture qui menace de céder à tout moment. Il sera démoli et une nouvelle construction est prévue cette année, confirme la source au ministère.

Problèmes de «carias» au Gopeenath Cheetamun Government School

Grosses tensions au Gopeenath Cheetamun Government School, à Surinam, le jeudi 11 janvier. Des parents ont manifesté car toutes les classes étaient fermées à cause de problèmes de «carias» depuis l’année dernière. Les enfants étaient dehors sans avoir été prévenus. Ils devaient être transférés à l’école Robert Edouard Hart, mais il n’y avait pas de transport à 10 h 30. Aucun préposé du ministère n’était présent, ni aucun député de la circonscription pour expliquer la logistique. Quant aux policiers, ils étaient présents mais ne pouvaient canaliser la colère des parents, eux, car leur travail n’est pas de trouver des solutions à un problème dépendant du ministère de l’Éducation.

Publicité