Publicité

Décédée après une attaque au cocktail molotov

«Nous souffrons tous les jours», confient les proches de Faeza Rawa

29 novembre 2023, 18:00

Par

Partager cet article

Facebook X WhatsApp

«Nous souffrons tous les jours»,  confient les proches de Faeza Rawa

Bibi Faeza Rawa

Qui a bien pu commettre cet acte odieux ? C’est la question que se posent tous les jours les proches de Bibi Faeza Rawa. Depuis le décès de cette mère de famille de 41 ans après une attaque au cocktail molotov, aucun suspect n’a été arrêté. L’affaire, qui avait dans un premier temps été confiée à la Criminal Investigation Division de Port-Louis Nord, a été ensuite référée à la Major Crime Investigation Team.

La police a annoncé, dans un communiqué émis le 24 novembre, qu’elle accordera une prime de Rs 200 000 à toute personne détenant des informations crédibles concernant le décès de Faeza Rawa. Les autorités encouragent ceux qui ont des informations susceptibles de conduire vers les potentiels suspects à venir de l’avant. Elles assurent au public que toute information fournie sera traitée avec le plus grand sérieux et que l’identité de l’informateur restera strictement confidentielle. Les personnes détenant des informations peuvent se rendre directement au Central Criminal Investigation Department ou contacter la police au 2108892 ou au 5 8583722.

Pour la famille de Bibi Faeza Rawa, c’est une lueur d’espoir. «L’enquête est au point mort. Nous souffrons tous les jours. Nous voulons connaître la vérité et que les coupables soient arrêtés. Nous demandons à la police de ne pas oublier cette affaire. La justice doit être rendue à Faeza», disent ses proches.

Aux petites heures du matin le 7 juin, Faeza Rawa, une commerçante vivant à Plaine-Verte, dormait sur un canapé dans le salon, près d’une fenêtre donnant directement sur la rue, lorsqu’elle a été agressée au cocktail molotov. L’une de ses sœurs, qui vit avec elle, se trouvait dans une autre pièce. Alertée par le bruit, elle est venue s’enquérir de la situation. Elle a été entendue par la police. Selon elle, deux individus ont pris la fuite à moto après l’incident. Elle n’a pu identifier qui que ce soit car la maison était remplie de fumée et les lumières étaient éteintes. Elle dit avoir utilisé un tissu pour essayer d’aider Faeza, dont les vêtements étaient en feu et l’a transportée dans son propre véhicule à l’hôpital Dr A. G. Jeetoo. Après le traitement, elle a été transférée au Princess Margaret Orthopaedic Centre où elle a été admise à l’unité des brûlés. Ce sont les pompiers qui ont circonscrit l’incendie.

Après cette attaque, Faeza Rawa a beaucoup souffert. Elle effectuait des allers-retours à l’hôpital et a également reçu des soins dans une clinique privée. Ses brûlures internes ne se sont pas cicatrisées et ont provoqué des infections du sang. Bibi Faeza Rawa est morte à l’hôpital Victoria, à Candos, dans la journée du 2 août. L’autopsie pratiquée par le chef du service médico-légal de la police, le Dr Sudesh Kumar Gungadin, a attribué son décès à une septicémie «following septic burn».

Publicité