Publicité

Royaume-Uni

Les jeunes de plus en plus victimes de maladies mentales

26 février 2024, 20:23

Par

Partager cet article

Facebook X WhatsApp

Les jeunes de plus en plus victimes de maladies mentales

Les jeunes britanniques de 18 à 24 ans sont de plus en plus atteints de maladies mentales, qui entravent largement leur entrée sur le marché du travail, d'après une étude du centre de réflexion Resolution Foundation publiée lundi.

Les jeunes ont aujourd'hui «la pire santé mentale de tous les groupes d'âge» et le centre de réflexion appelle à des mesures gouvernementales de lutte contre ce fléau et d'accompagnement pour éviter une «génération perdue».

Entre 2021 et 2022, lorsque le pays sortait à peine de l'épidémie de coronavirus et de longues périodes de confinement, 34% des 18-24 ans ont déclaré des symptômes tels que la dépression, l'anxiété ou les troubles bipolaires. Un taux nettement au-dessus de celui enregistré en 2000 (24%).

Les jeunes femmes sont beaucoup plus exposées à ces troubles (41%) que les jeunes hommes (26%), note l'étude.

Elle souligne qu'outre la pandémie, les réseaux sociaux et les phénomènes de harcèlement qu'ils renforcent jouent un rôle considérable dans la flambée des maladies mentales chez les jeunes.

Mais l'étude tient également à souligner que «le déclin (très bienvenu) de la stigmatisation des problèmes de santé mentales ces dernières années signifie que plus de jeunes sont aujourd'hui susceptibles de déclarer leurs symptômes que par le passé».

Ces difficultés, outre leur impact sur la vie personnelle des jeunes qui en souffrent, ont aussi des conséquences néfastes sur leurs trajectoires professionnelles, leurs revenus, et des répercussions sur les employeurs et les finances de l'Etat, poursuit la Resolution Foundation.

L'étude constate ainsi que les jeunes souffrant de maladies mentales sont plus souvent au chômage ou occupent plus fréquemment des emplois peu rémunérés que les autres jeunes du même âge.

Le nombre de personnes en maladie de longue durée qui sortent du marché de l'emploi atteint des records au Royaume-Uni. Ce facteur inflationniste à l'heure où le pays fait encore face aux hausses de prix les plus élevées du G7 contribue aussi à un manque de personnel dans certaines professions, et met sous pression les finances publiques.