Câble à très haut débit: six opérateurs de la région se lancent

Avec le soutien de
Le but de cet accord : briser les monopoles existants et ainsi faire chuter le prix de l’internet dans la région Océan Indien. (Photo d’illustration/AFP)

Le but de cet accord : briser les monopoles existants et ainsi faire chuter le prix de l’internet dans la région océan Indien. (Photo d’illustration/AFP)

Jean Claude de l’Estrac l’avait annoncé dans son discours lors de l’ouverture du Forum économique sur les TIC: BLUELINE, CANAL+ TELECOM, EMTEL, SRR, TELCO OI, TELMA et ZEOP ont conclu, le 29 juin à Antananarivo, un protocole d’accord de coopération pour l’installation d’un câble régional sous-marin à très haut débit au coût de 75 millions d’euros.

D’ici 2018, le câble METISS (MElting poT Indianoceanic Submarine System) reliera Maurice, La Réunion et Madagascar au continent africain pour se connecter aux autres câbles internationaux. Ce projet, porté par six grands opérateurs privés du secteur des télécommunications des pays membres de la COI et qui bénéficiera du soutien de l’Union européenne et de l’Agence française de développement, reste ouvert aux autres opérateurs et partenaires.

Particulièrement satisfait de cet accord, Jean Claude de l’Estrac, secrétaire général de la COI, «encourage les États concernés à soutenir activement ce projet qui modifiera profondément le paysage numérique régional et permettra la démocratisation de l’accès au très haut débit au bénéfice des populations et des acteurs économiques».

Cet accord historique entre les opérateurs a pour but de briser les monopoles existants et ainsi faire chuter le prix de l’internet dans la région océan Indien.

Publicité
Publicité
e-brochures.mu logo

Retrouvez les meilleurs deals de vos enseignes préférées.

e-brochures.mu icon
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x