Publicité

Corps de deux chevaux traînés par un tracteur

PTP encore sous les projecteurs

2 décembre 2023, 09:00

Par

Partager cet article

Facebook X WhatsApp

PTP encore sous les projecteurs

L’organisateur des courses s’est pris une volée de bois vert sur les réseaux sociaux depuis hier matin. En cause, la façon dont elle a géré la situation après l’accident impliquant les chevaux Crazy Charlie et Northern Rebel, et qui a conduit à l’indisponibilité du jockey Krishna Mudhoo pour le week-end de courses.

La vidéo est devenue virale, tout comme la réaction des internautes après avoir visionné les images où on voit des préposés de People’s Turf (PTP) s’affairer à dégager les corps sans vie de Crazy Charlie et Northern Rebel de la piste en sable. Le drame s’est produit au milieu de la séance d’entraînement, hier matin, au Champ-de-Mars. Alors que Crazy Charlie terminait son galop à vive allure, il est entré en collision avec Northern Rebel, lequel faisait des difficultés pour démarrer son travail sur la piste en sable. L’impact fut d’une violence inouïe, le jockey Krishna Mudhoo, qui pilotait Crazy Charlie, se retrouvant projeté dans les airs, tandis que sa monture rendit l’âme peu après. Northern Rebel dut, lui, être euthanasié.

Mais ce qui a causé l’indignation générale, c’est bien les manœuvres entreprises par les employés de PTP pour que la séance d’entraînement reprenne ses droits. En effet, les coursiers décédés ont été évacués de la piste, tirés par un tracteur et des cordes attachées à leurs pieds, le tout sous le regard de spectateurs médusés. Krishna Mudhoo a dû, lui, patienter un bon moment avant d’être conduit à la clinique par l’ambulance de PTP pour y recevoir des soins. Aux dernières nouvelles, le jockey aurait subi une intervention chirurgicale. Sa saison serait terminée.

Comment une telle situation a-t-elle pu se produire ? Qui a permis à Northern Rebel de s’engager sur la piste en sable alors que Crazy Charlie était au travail ? L’accès à la piste était-il surveillé comme il se doit par le préposé de PTP ? L’organisateur dispose-t-il d’un protocole bien défini pour ce genre de situation, de même que les équipements et véhicules nécessaires ? Autant de réponses que PTP sera appelée à fournir car les commissaires de la Horse Racing Division (HRD), apprenons-nous, auraient déjà visionné la vidéo en question. Il n’est pas à exclure qu’une enquête soit ouverte pour faire toute la lumière sur cette affaire.

Toujours est-il que PTP voit son image écornée un peu plus, elle qui ne faisait déjà pas l’unanimité au sein de la communauté hippique. Après l’épisode Special Force qui avait fait couler beaucoup d’encre en juillet dernier, avec le traitement musclé qu’il avait reçu de la part de son «handler», PTP se serait bien passée de ce mauvais coup de pub. Les défenseurs de la cause animale ne devraient, eux, pas tarder à monter au créneau.

Publicité