Publicité

Changement climatique I Human Climate Horizons

Les endroits les plus vulnérables face à l’élévation du niveau de la mer

9 décembre 2023, 21:00

Par

Partager cet article

Facebook X WhatsApp

Les endroits les plus vulnérables face à l’élévation du niveau de la mer

Données provenant des observations d’un satellite de relevés marégraphiques et de modèles issus du sixième rapport d’évaluation du GIEC

L’élévation du niveau de la mer est l’un des nombreux impacts du changement climatique, engendrant des conséquences dévastatrices sur les zones côtières. La température s’accroît, provoquant le réchauffement de l’eau et son expansion. Ceci s’ajoute à la fonte des glaciers de montagnes et des calottes glaciaires, incluant celles du Groenland et de l’Antarctique. Dans ce contexte, le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) et le Climate Impact Lab (CIL) ont conjointement mis au point la plateforme numérique intitulée Human Climate Horizons.

Lancée à New-York, le 28 novembre, cette plateforme démontre les répercussions de l’élévation du niveau de la mer sur les zones côtières à l’échelle mondiale, dans plus de 24 000 régions dans le monde selon trois scénarios d’émissions – faibles, moyennes et très élevées. Ils révèlent les inégalités marquées dans les pays et entre les pays et identifient les zones où les conséquences d’un réchauffement incontrôlé seraient les plus graves. Human Climate Horizons offre ainsi une cartographie aux décideurs et aux citoyens, révélant une augmentation significative, multipliée par cinq, des risques d’inondation dans les zones côtières à travers la planète.Elle démontre les emplacements où les habitations et les infrastructures sont les plus vulnérables face à l’élévation du niveau de la mer.

Les risques d’inondation augmenteraient substantiellement et pourraient affecter jusqu’à 10 % des populations côtières d’ici l’année 2100. Il est indiqué que des régions à faible altitude le long des côtes d’Amérique latine, d’Afrique et d’Asie du Sud-Est pourraient être confrontées à des inondations permanentes. Dans plusieurs petits États insulaires en développement (PIED) – comme les Bahamas, les îles Vierges britanniques, les îles Caïmans, les Maldives, les îles Marshall, les îles Turques-et-Caïques, Tuvalu et les Seychelles –, le changement climatique est susceptible de provoquer la submersion d’une part significative des terres, dépassant les 5 %, d’ici à l’horizon de 2100, indique la plateforme. Selon la carte, la projection médiane de l’élévation du niveau de la mer pour Maurice est de 8,4 cm à l’horizon de 2020-2030 et de 18,9 cm à l’horizon 2040-2059, dans le cadre d’un scénario d’émissions moyennes. Rappelons les dégâts causés par le passage du cyclone Freddy, au cours duquel les terrasses et les paillotes des établissements hôteliers avaient été endommagées en raison de l’élévationtemporaire du niveau de la mer sur les côtes nord et est.

La plateforme démontre également qu’en l’absence de protections côtières, il est possible qu’au moins 5 % de la superficie des villes suivantes seront en dessous du niveau de la mer d’ici la fin du siècle : Guayaquil en Équateur, Barranquilla en Colombie, Santos et Rio de Janeiro au Brésil, Kingston en Jamaïque, Cotonou au Bénin, Calcutta en Inde et Perth, Newcastle et Sydney en Australie.

Ces informations de la plateforme Human Climate Horizons proviennent d’observations effectuées par satellite, de relevés marégraphiques et de modèles issus du sixième rapport d’évaluation du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). Présentées de manière détaillée sur le plan géographique, ces nouvelles données dessinent un tableau sombre des conséquences mondiales. Le chaos climatique s’intensifie. Dans le cadre de la COP28 en cours jusqu’au 12 décembre, cette étude souligne l’urgence pour les décideurs d’agir de manière décisive afin de réduire les émissions et de maintenir la température globale en dessous de 2°C.

Publicité