Publicité

Décès lors des averses du 15 janvier à Pailles

Husnoo et Jugnauth accusés de «conspiracy»: la «private prosecution» appelée demain

12 février 2024, 15:00

Par

Partager cet article

Facebook X WhatsApp

Husnoo et Jugnauth accusés de «conspiracy»: la «private prosecution» appelée demain

Demain, la Private Prosecution intentée par un habitant de Pailles, Asraf Noormahomed, contre le vicePremier ministre et ministre des Collectivités locales, Anwar Husnoo, et le Premier ministre (PM), Pravind Jugnauth, sera appelée devant la cour de district de Port-Louis. Cette poursuite fait suite aux dégâts provoqués par les averses cycloniques du 15 janvier.

Le plaignant, représenté par Me Sanjeev Teeluckdharry, a expliqué que son frère, Rehaz Noormahomed, vendeur de gâteaux à Plaine-Verte et agent de sécurité, est décédé à Pailles alors qu’il rentrait chez lui à moto après le travail. Il revient sur les circonstances tragiques du 15 janvier.

«Un témoin oculaire au flyover de Guibies, à Pailles, vers midi, a remarqué que mon frère était en danger. Ce dernier s’était retrouvé coincé entre sa moto alors que l’autoroute était inondée», raconte

Asraf Noormahomed. Selon lui, le témoin a tenté de secourir son frère, mais ce dernier est tombé après le passage d’un camion. Par la suite, un conducteur de bus a également tenté de l’aider, mais n’a pas pu le soulever. «Le corps de mon frère a été rapidement emporté par le torrent le long de l’autoroute inondée sur 100 mètres et c’est mon fils qui l’a retrouvé plus tard.» Asraf Noormahomed tient le ministre des Collectivités locales et le PM responsables, et affirme qu’ils se seraient convenu entre eux pour ne pas émettre en temps utile un avis ordonnant à quiconque de rester à l’intérieur, surtout pour ceux qui devaient se déplacer pour aller travailler, comme il était dangereux de s’aventurer à l’extérieur. Par la suite, ils n’ont pas déclaré l’état de catastrophe à Port-Louis. «Aucun avertissement de pluies torrentielles n’avait été émis et l’omission coupable des deux défendeurs a entraîné la mort tragique de mon frère», fait valoir le plaignant.

Pour ces raisons, il accuse Anwar Husnoo et Pravind Jugnauth de «conspiracy». La position du Directeur des poursuites publiques (DPP) est attendue demain, où il devra communiquer s’il réclame l’arrêt des procédures, s’il prend en charge le dossier pour poursuivre au nom du bureau du DPP les défendeurs, ou si le procès privé a sa raison d’être.

Publicité