Publicité

Prison de Beau-Bassin

L’agression d’un gardien suscite la colère

28 août 2023, 14:00

Par

Partager cet article

Facebook X WhatsApp

L’agression d’un gardien suscite la colère

Le prisonnier S.B., détenu à la prison de Beau-Bassin, est définitivement incontrôlable. Il a récemment attaqué un assistant surintendant de prison et voilà qu’il a récidivé mardi à 13 heures, en agressant le garde-chiourme Z.B. Et dans la matinée du même jour, il a été découvert dérobant deux fioles de méthadone que les infirmiers distribuent chaque matin à la prison. Comment a-t-il pu commettre ce vol et pourquoi n’a-t-il pas été sanctionné ? On nous dit que «si on rapporte ce vol, l’administration sera blâmée».

Un des responsables de la prison de Beau-Bassin que nous avons contacté nie le vol de méthadone par S.B. Il a également nié l’agression du gardien. Sauf qu’il est revenu vers nous un peu plus tard pour l’admettre. Pourquoi S.B. n’est-il pas encadré par des membres de la Correctional Emergency Response Team (CERT) ou de la Prison Security Squad (PSS) puisqu’il est dangereux ? Ce responsable de la prison a indiqué que «ces unités ne sont déployées qu’en cas d’urgence».

Un garde-chiourme qui nous a parlé, a révélé qu’il y a «un manque aigu de personnel. Un gardien doit parfois travailler sur trois postes en simultané. D’ailleurs, nos standing orders prévoient que des membres de ces unités, surtout de la PSS, qui perçoivent des allocations pour cela, surveillent les prisonniers dangereux, qui ont été placés dans le bloc punitif E.»

Notre interlocuteur reconnaît la dangerosité de S.B. qui agresse non seulement les gardes-chiourmes mais aussi des policiers quand il n’est pas sous surveillance. Il ajoute que «S.B. n’est pas bien dans sa tête. On l’a déjà envoyé au Brown Sequard Hospital… » S.B. purge actuellement une peine d’un mois pour vol.

Par ailleurs, des gardiens de la prison de Melrose allèguent que dans un passé récent, ils avaient retrouvé un portable sur Franklin. Cependant, pour ne pas avoir à enquêter pour savoir comment il a eu ce téléphone en sa possession, l’affaire aurait été étouffée. Mais pour le punir, Jean Hubert Celerine a quand même été placé en isolement. «C’est à ce moment-là qu’il a inventé cette histoire de ‘dipin rasi et krass dan manze’», nous dit une autre source.

Le responsable que nous avons contacté dément cette histoire de téléphone portable retrouvé dans la cellule de Franklin. À cela, un garde-chiourme réplique : «Croyez-vous vraiment qu’il allait admettre cela ? S’il a admis l’agression de Z.B., c’est parce que ce dernier a déjà porté plainte à la police de Barkly. Il ne pouvait nier l’évidence.»

Publicité