Publicité

Covid-19│Inside story: journal d’un patient décédé…

21 novembre 2021, 19:34

Par

Partager cet article

Facebook X WhatsApp

Covid-19│Inside story: journal d’un patient décédé…

Il s’appelait Ajay Ramnarain. Cet habitant de St. Pierre, âgé de 65 ans, avait récemment fait une crise cardiaque. Il ne fumait pas, ne buvait pas d’alcool et mangeait sainement. Il ne sortait presque jamais depuis que le virus avait gagné nos rivages, sauf pour aller chercher le pain le matin et il portait toujours bien son masque, n’était jamais à court de sanitizer… Il respectait la distanciation physique. Il n’était cependant pas vacciné, son médecin le lui ayant déconseillé, car il venait de faire une embolie pulmonaire et suivait un traitement y relatif.

Mais voilà. Il y a un mois, à cause d’un problème à l’œil, il a dû se rendre à l’hôpital de Moka, puis à Candos plusieurs fois. C’est alors qu’il a commencé à se sentir mal et après un test PCR, le verdict tant redouté est tombé : il était positif au Covid. Son état de santé s’est aggravé dès le premier jour de son admission à l’hôpital. Il nous a parlé et envoyé des messages depuis. Ci-dessous, ses correspondances traduites et reproduites telles quelles, pour comprendre…

30 octobre : Ma fille, mon épouse et moi sommes positifs…

1 novembre : Je viens d’être admis à l’hôpital Candos, «section Covid»

2 novembre : Je suis sous dexaméthasone (NdlR, hormone glucocorticoïde de synthèse. Elle a un effet anti-inflammatoire et immunosuppresseur) qu’on m’injecte par intraveineuse. On m’a dit que j’allais recevoir une injection de lovevox (NdlR, un anticoagulant) aussi.

2 novembre, un peu plus tard : Je viens d’être transféré à la Covid Red Zone Ward 20. Quelqu’un vient de mourir, à quelques lits de moi.

3 novembre : Il y a eu un autre décès dans la salle, cette fois dans le lit à côté de moi. J’ai du mal à respirer. Ils ont augmenté la dose dans le nébuliseur (NdlR, permet de transformer un médicament liquide en aérosol, c’est-à-dire en très fines gouttelettes qui seront rapidement et facilement absorbées par voie respiratoire et sans qu’aucune intervention du patient ne soit nécessaire). Aucun médecin n’est encore venu me voir… On dirait que mes poumons vont exploser. Je ne vais pas bien.

4 novembre : Je tousse de plus en plus. Mon état se détériore. La douleur au niveau des poumons est atroce. On m’injecte des médicaments, je ne sais pas trop de quoi il s’agit. Les médecins ont parlé à ma famille et une commande urgente de baricitinib (NdlR, une molécule inhibitrice des janus kinase 1 et 2, deux tyrosine kinases, en cours de test dans la polyarthrite rhumatoïde) a été passée. J’ai l’impression que mes poumons vont exploser à tout mo- ment. Je suis allé aux toilettes, mes selles sont aussi noires que du charbon. Je vais passer une radio ce soir. J’ai presque perdu le goût, mais l’odorat ça va encore. Mon nez commence à couler. Pourtant, jamais je n’ai eu ce problème. Mon moral est au plus bas, j’ai du mal à marcher. Kan pas lirinn, kouma dir lavi pe ale.

5 novembre : J’agonise. Ils m’ont placé sous oxygène. Les médecins m’ont fait des massages et m’ont appris des techniques de respiration hier soir. Des fois, j’ai des trous de mémoire. On dirait que mon corps est un volcan, qu’il y a de la lave en fusion à l’intérieur. Les médicaments sont arrivés, je reçois deux doses par jour.

6 novembre : Je me sens plus faible, mais plus relax depuis ce matin. Ki bon news ? Je rejette du mucus mais le docteur.’ m’a dit que c’était bon signe. Il y a encore eu un décès dans la salle. Ça fait quatre décès en quatre jours.

7 novembre : Je ne vais pas bien, j’étouffe, je n’arrive plus à respirer, on dirait que mes bronches ont rétréci. Je suis toujours sous oxygène. Si ça ne va pas, je vais être placé sous ventilator à l’hôpital ENT. Parfwa mo anvi pran enn kouto ouver mo trip. Je suis content cependant d’être à l’hôpital, cela aurait été traumatisant, devant mes proches, pour moi. Je n’arrive plus à marcher.

8 novembre : Un autre mort dans la salle. J’ai eu des hallucinations et des crises de démence toute la nuit. J’attends de savoir si on va me transférer à l’ENT.

9 novembre : J’ai été transféré à l’ENT depuis hier soir. Il y a des gens qui hurlent depuis une heure, ils demandent qu’on les emmène aux toilettes. Personne ne vient. J’ai perdu connaissance à un moment. Je vais essayer de manger, un peu plus tard…

10 novembre : Il y a eu deux nouveaux décès là où je suis. Je me sens de plus en plus faible.

11 novembre : Je ne peux plus marcher. On m’a transféré avec d’autres patients qui sont dans un état critique. Il y a eu deux autres décès encore, pa pe bien kamarad.

12 novembre : Je n’ai plus de force, je sens que je vais défaillir. Il y a un troisième décès à côté de moi. J’ai fait un test PCR hier et aujourd’hui, toujours pas de résultat. Je n’ai pas beaucoup d’informations sur mon état de santé…

Ce sera le dernier message que nous recevrons d’Ajay. Nous tenterons de le contacter à plusieurs reprises, mais en vain. Le 14 novembre, son frère Anil nous dira qu’Ajay a de nouveau été transféré à Candos, personne ne sait pourquoi. Il nous annoncera le décès de son frère à 17 h 42, ce jour-là…

Ses proches nous relatent comment un de ses repas, déposé le 5 novembre à 11 h 30, ne lui avait toujours pas été livré à 14 h 45 le même jour. Comment ils ont dû se procurer des masques à haute concentration, des lunettes, d’une rallonge de 430 centimètres, eux-mêmes, pour l’aider à respirer.

Le 13 novembre, Ajay a été retransféré à l’hôpital de Candos, et, affirme sa famille, trois tests PCR et un test antigénique se sont tous révélés négatifs… Ils ne comprennent pas comment il a pu être testé positif le 14 novembre. Il est arrivé à Candos, toujours selon ses proches, complètement déshydraté et en état de choc hypovolémique. Ils se demandent si le traitement a été administré sur papier uniquement ou en vrai. Ils déplorent le fait que la salle dans laquelle il était admis est restée sans personnel médical durant des heures. Alors que certains patients agonisaient.

Les téléphones des malades n’arrêtaient pas de sonner, leurs proches tentant désespérément d’avoir de leurs nouvelles. «Si on répond, c’est pour dire invariablement que tout va bien, que le patient se porte bien.» La famille d’Ajay raconte en outre que ce dernier a essayé de se déplacer plusieurs fois sans aucune assistance. Un corps sans vie enveloppé dans du plastique est resté à côté de lui pendant huit heures, alors qu’il était encore vivant…

Autre détail sordide : on donne le bain à ceux qui sont décédés devant tout le monde, au vu et au su des autres patients, qui doivent être encore plus traumatisés…

Une infirmière que nous avons contactée nous avoue en outre qu’il y un vrai manque au niveau du personnel soignant, lui aussi débordé, épuisé…

Publicité