Publicité

Les fugues, principale cause des 43.000 signalements pour disparitions d'enfants en 2022

25 mai 2023, 21:23

Par

Partager cet article

Facebook X WhatsApp

Les fugues, principale cause des 43.000 signalements pour disparitions d'enfants en 2022

Les forces de l'ordre ont recensé 43.202 signalements de disparitions de mineurs en 2022, très majoritairement des fugues, selon la fondation en charge du numéro d'urgence «Enfants disparus» qui s'inquiète de la part des moins de 15 ans dans ce phénomène.

Même si le nombre total des signalements est «en légère baisse» par rapport à 2021, cela représente «un enfant signalé disparu toutes les 12 minutes», calcule la fondation Droit d'Enfance, qui rend publics ces chiffres du ministère de l’Intérieur dans un rapport jeudi à l’occasion de la Journée internationale des enfants disparus.

95% des quelque 43.000 signalements concernent des fugues.

«La principale cause est un conflit parent-enfant ou un refus de placement ou d'aller dans un établissement de soins pour des jeunes relevant de la Protection de l'enfance», explique à l'AFP Julien Landureau, responsable du plaidoyer de Droit d'Enfance.

A l'origine souvent, l'influence d'un tiers - ami, petit ami, personne rencontrée sur internet - et un sentiment de mal-être, parfois lié à du harcèlement ou à un questionnement sur l'identité sexuelle, précise-t-il.

La fondation alerte sur un rajeunissement inquiétant des enfants concernés: le nombre de fugueurs de moins de 15 ans a augmenté de 3,6% entre 2018 et 2022 pour constituer 37% des signalements de fugues.

Les réseaux sociaux jouent un rôle important dans l'incitation au départ.

«Nous constatons de plus en plus de cas de jeunes filles harponnées au sein même de leur domicile. Des filles de 11-12 ans qui postent sur des réseaux des vidéos où elles expriment qu'elles sont mal dans leur peau ou en conflit avec leurs parents. Il y a des gens aux aguets qui gagnent leur confiance», déclare Samia Hamonic, éducatrice et chargée de dossiers au 116 000 Enfant disparu.

«Le jeune peut rencontrer sur des applis des gens qui lui conseillent de partir. Ou bien des jeunes filles y rencontrent des personnes avec lesquelles elles tissent une relation affective et qu'elles partent rejoindre. Cette relation amoureuse peut se transformer en proxénétisme», ajoute Julien Landureau.

«Le jeune peut rester en contact avec d’autres fugueurs rencontrés» lors d'une première fugue «et qui l'incitent à fuguer de nouveau».

Liens avec la prostitution

Les cas de prostitution sont avérés ou suspectés dans un tiers des dossiers de fugues de filles traités par le numéro, qui a ouvert 1.313 dossiers en 2022 et reçu 31.897 appels, dont 2.167 ont nécessité la saisie de la cellule de suivi.

«Une jeune fille toute seule à l’extérieur est une proie facile, d'autant qu'elle doit trouver des moyens pour vivre et être hébergée», explique Samia Hamonic.

Au chiffre des fugues s'ajoutent 544 enlèvements parentaux répertoriés par les services du ministère de l'Intérieur, un chiffre «probablement sous évalué en raison de la difficulté pour les parents de faire enregistrer leurs plaintes en l’absence de décisions de justice», selon la fondation.

Quelque 43% des dossiers suivis par la fondation Droit d'Enfance concernent des enlèvements internationaux.

Enfin, les données du ministère comptabilisent 1.140 «disparitions inquiétantes» en 2022. Cela recouvre des situations diverses (mineurs suicidaires ou porteurs de handicap par exemple) mais «très rarement des enlèvements criminels», selon Droit d'Enfance.

«Il s'agit le plus souvent de fugues qui durent longtemps et où le contact avec le jeune devient inexistant. On ne sait plus où il se trouve», explique M. Landerneau. «On peut alors soupçonner qu'il a eu un accident ou est entré sous la coupe d'un réseau organisé de prostitution et n’est plus capable de revenir», ajoute Mme Hamonic.

Après une hausse de 30% entre 2018 et 2021, le nombre des disparitions inquiétantes s'est stabilisé en 2022 par rapport à 2021 (-2,9%).

Financé par les pouvoirs publics, le 116 000, numéro d'urgence européen, accompagne les parents dès la découverte de la disparition et propose «une orientation juridique, des groupes de paroles». «Nous cherchons à comprendre l’origine du départ et à travailler pour renouer les liens et éviter que la fugue se reproduise», explique Samia Hamonic.