Conseil de district de Moka: le nettoyage de drains à prix d’or

Avec le soutien de
À Circonstance, St-Pierre, les drains sont obstrués, bien que leur nettoyage soit facturé des millions.

À Circonstance, St-Pierre, les drains sont obstrués, bien que leur nettoyage soit facturé des millions.

Le conseiller Kishore Ramkhalawon a donné un véritable coup de pied dans la fourmilière lundi. Ce qui nous a permis de comprendre pourquoi l’on se montre si généreux envers les entrepreneurs dans le district de Moka. Tout comme nous l’avions découvert dans l’affaire Kistnen.

Il semble que malgré l’assassinat de l’ex-agent du Mouvement socialiste militant (MSM) Soopramanien Kistnen, l’enquête judiciaire et d’autres révélations qui s’ensuivirent, les mêmes et mauvaises habitudes subsistent et tendent même à se perfectionner. Comme l’a dit lundi à la presse Chatan Anand (Kishore) Ramkhalawon, «l’appétit vient en mangeant à Moka».

On apprenait ainsi que des dizaines de millions de roupies sont accordées chaque année pour le nettoyage des drains. Pour le seul conseil de district de Moka, Rs 17 millions. Et il y a 12 conseils de district et de municipalités dans le pays…

On se rappelle que plus de 2 000 personnes ont été recrutées par Mauri Facilities pour, entre autres, nettoyer les drains, nous avaient dit un responsable de cet organisme, confirmé par certaines administrations régionales. On apprend maintenant que des dizaines de millions de roupies sont payées à des contracteurs pour faire ce travail. Et les prix donnent le vertige. Ce qui révolte le plus, c’est quand l’on apprend, comme l’a expliqué lundi Kishore Ramkhalawon, qu’au moins Rs 10 millions ont été approuvées en plus.

Compagnie fantôme mais paiements bien réels

L’express a fait une petite enquête et est en mesure de dire que le contracteur préféré pour le nettoyage des drains est un habitant de Rose-Belle. «Même pas de la circonscription no 8 !» s’emporte un petit entrepreneur de la région. «De plus, il paraît que c’est lui qui obtient des contrats un peu partout ailleurs.» Ce qui est encore plus étrange, c’est que la compagnie n’est plus opérationnelle d’après le Registrar of Companies, son statut étant «defunct». Plus intéressant : le directeur de cette compagnie fantôme serait en fait domicilié en Italie, bien qu’il soit d’origine mauricienne.

Il semble que le budget alloué pour le nettoyage des drains à Moka soit au moins cinq fois supérieur aux autres agglomérations. Nous avons contacté un président d’un autre conseil de district qui nous informe qu’il n’a que Rs 3 millions pour ce travail. Y a-t-il beaucoup plus de drains et qui sont plus longs à Moka ? lui avons-nous demandé. Sa réponse : «Je ne le crois pas.» Et ce président, pourtant du MSM, d’ajouter:«Vous savez, à Moka, c’est la circonscription du boss. Tout y coûte très cher… Et si l’on pense à protester, eh bien, on risque de se retrouver dans un champ de cannes…»

Il faisait probablement allusion à Soopramanien Kistnen. Nous avons été mis au courant d’un agent du MSM qui a été boycotté pour favoriser la compagnie fantôme. Y aurait-il d’autres personnes ou personnalité derrière cette compagnie ? On ne le sait.

Nous avons pu, hier, entrer en communication avec Sudhir Soonarane, le président du conseil de district de Moka. Il nous a juste demandé de venir le voir au conseil. Pas de date ni d’heure de rendez-vous. Pourquoi ne veut-il pas nous parler au téléphone ? «Ce sont mes ‘officiers’ qui vous répondront.» Mais, avons-nous objecté, Ramkhalawon a fait des allégations contre vous. Rien à faire. Il nous promet de revenir vers nous pour un rendez-vous. Pour rappel, dans l’affaire Kistnen, il nous avait demandé de venir le voir mais nous voyant arriver, il s’était dérobé.

Publicité
Publicité
e-brochures.mu logo

Retrouvez les meilleurs deals de vos enseignes préférées.

e-brochures.mu icon
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x