Lutte contre le dopage: la Horse Racing Division ajoute le «Hair Sampling» à sa panoplie de tests

Avec le soutien de
Le «Hair Testing» est utilisé depuis peu dans les grands centres hippiques internationaux. La HRD ne veut pas concéder du retard sur ce dossier.

Le «Hair Testing» est utilisé depuis peu dans les grands centres hippiques internationaux. La HRD ne veut pas concéder du retard sur ce dossier.

La Horse Racing Division (HRD) veut faire encore mieux en matière de lutte contre le dopage. Elle compte en effet ajouter le Hair Sampling comme un autre moyen de traquer les tricheurs. Si les Rules of Racing de la HRD fait déjà provision pour ce genre de méthode pour lutter contre le dopage, elle veut sérieusement mettre en place ce type de contrôle lors de la prochaine saison. 

L’entraîneur passible de sanction 

En effet, il a été demandé aux entraîneurs, dans un courriel récemment, de prendre des dispositions afin de permettre ces contrôles qui seront inopinés. En respect du code des courses 257 (a), les entraîneurs sont dans l’obligation de ne pas procéder au rasage ou la coupe de la crinière de leurs chevaux. Un minimum de 12 cm sur la totalité de la crinière est obligatoire. Le cas échéant, l’entraîneur sera passible de sanction. 

C’est quoi le Hair Testing ? L’express a posé la question à Bertrand Baudot, CEO de Quantilab, le laboratoire qui effectue les analyses pour le compte de la HRD. «Les poils permanents sont différents des autres matrices biologiques. Il est bon de savoir qu’avec le temps, les produits décrits dans l’Article 6E, strictement interdits chez les chevaux de courses, s’accumulent avec le temps dans les poils. On peut retrouver des produits auxquels un coursier a été exposé jusqu’à une année auparavant. Hair is an important marker of exposure of totally banned substances», explique Bertrand Baudot. 

Bertrand Baudot, CEO de Quantilab, se dit heureux d’apporter sa contribution à l’hippisme mauricien et international.

L’homme fort du laboratoire Quantilab, qui a été acquis récemment par QIMA, une entreprise de renommée mondiale spécialisée dans le domaine des TIC (Testing, Inspection and Certification) précise : «C’est une analyse qui prend du temps et qui coûte car très complexe. Le Hair Testing est utilisé depuis peu dans les grands centres hippiques et la Horse Racing Division suit cette tendance. On peut même estimer le moment de l’administration grâce à la segmental analysis.» 

Bertrand Baudot, tout en expliquant cette méthode d’analyse, précise que Maurice est l’un des premiers pays à donner autant d’importance au Hair Testing et Quantilab est heureux d’apporter sa contribution à l’industrie locale et internationale to «ensure fair competition and contribute to the welfare of competitors». 

Parlant des compétences de Quantilab dans ce type d’analyse, Bertrand Baudot devait nous faire part des résultats obtenus par le laboratoire lors des examens internationaux de Hair Testing. «Lors des quatre dernières années nous avons participé à des examens sur cette matrice. Et à chaque fois le laboratoire a obtenu une note de 100 %. Nous sommes un des premiers laboratoires internationaux à être accrédités pour ce type d’analyse et à mettre en pratique cette expertise.» 

En mettant en place un système pour effectuer de manière inopinée des contrôles en prélevant des échantillons de poils permanents d’un coursier, la Horse Racing Division vient démontrer une réelle volonté de ne rien laisser passer sur le dopage qui fait beaucoup de mal à l’intégrité du sport hippique dans certains pays.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x