Croisière: le paquebot «Nippon Maru» en escale jusqu’à demain

Avec le soutien de
Les passagers du Nippon Maru ont quatre jours pour visiter le pays. © Doreck Clair

Les passagers du Nippon Maru ont quatre jours pour visiter le pays. © Doreck Clair

Le Nippon Maru, bateau de croisière japonais appartenant à Mitsui OSK Line (MOL) et Mitsui O.S.K. Passenger Lines Ltd (MOPAS), qui était l’armateur du défunt MV Wakashio qui avait provoqué une marée noire en août 2020, fait escale à Maurice afin d’apporter une ère de coopération commerciale pour soutenir le pays (voir encadré). C’est la première fois que le Nippon Maru visite la rade de Port-Louis. Le thème de la croisière est Mauritius Precious Cruise. Le paquebot est parti de Yokohama le 15 décembre dernier et a fait escale à l’île Ishigaki, a passé le réveillon de Noël à Singapour, puis a fait escale à Male aux Maldives. Le navire a accosté Port-Louis le 5 janvier au Cruise Jetty des Salines. 

L’escale du Nippon Maru va permettre aux croisiéristes, pour la plupart des Japonais, de visiter le pays durant quatre jours. Les passagers et les officiels de MOL et MOPAS vont participer à une Nippon Maru Farm Experience, soit visiter les lieux où se trouvent les mangroves et aussi faire un constat de l’état de la côte qui a été affectée par la marée noire provoquée par le naufrage du MV Wakashio. 

Selon la Mauritius Ports Authority (MPA), le navire est arrivé le 5 janvier et repartira le 8 janvier à 17 heures. Des passagers vont descendre et d’autres vont embarquer de Maurice. La prochaine escale du Nippon Maru est Toamasina à Madagascar. Puis ce sera un retour vers le Japon, avec un arrêt à Singapour et directement au port de Yokohama. 

Le Nippon Maru a été construit par Mitsubishi Heavy Industries au Japon en 1990. Il mesure 163 mètres de long, 24 mètres de large et pèse 22 472 tonnes. Le paquebot possède 204 cabines et peut accueillir 408 passagers, voire plus. Il peut accueillir 230 membres d’équipage. 

Le navire fait des croisières exclusivement en Asie, soit autour du Japon, vers la Chine, quelques pays asiatiques et dans l’océan Pacifique. Avec la pandémie, la compagnie MOPAS-MOL a limité la capacité d’accueil de passagers et aménagé des cabines pour la quarantaine en cas de contamination au Covid. 

Port-Louis a accueilli un autre navire de croisière, le MSC Orchestra, qui a fait une escale d’une journée à Maurice, le 5 janvier, le temps que les passagers découvrent la capitale. Ce paquebot avait l’habitude de faire escale à Maurice avant la pandémie de Covid. Le MSC Orchestra a déjà quitté Maurice pour rejoindre le port de Durban en Afrique du Sud, lundi. Le paquebot va voguer autour des ports sud-africains et dans le Canal du Mozambique durant quatre mois. Sa prochaine escale aura lieu le 25 avril, et mettra ensuite le cap sur l’Italie et pour d’autres escales en Europe.


 


MOL continue à contribuer à l’après-Wakashio

Bien que la Mitsui OSK Line (MOL), transporteur mondial maritime, soit l’armateur qui exploitait le MV Wakashio jusqu’à son naufrage, le paiement des dommages provoqués par la marée noire revient au propriétaire, soit Nagashiki Shipping Co. Ltd, et à l’assurance. Même si les réclamations étaient dirigées vers la compagnie d’assurance P&I Club, l’armateur ne s’est pas dédouané de sa responsabilité. 

Le ministère de l’Économie bleue a, en maintes occasions, fait la coordination entre les pêcheurs, les personnes affectées par la marée noire et les responsables du MV Wakashio. Tous ceux affectés avaient la possibilité de faire leurs réclamations auprès du propriétaire et l’assureur du bateau. Des paiements ont été effectués en plusieurs tranches afin de soutenir ceux qui étaient au chômage technique durant des mois. Un contrat de dépollution a été octroyé pour réparer les dégâts environnementaux. L’assureur a posé une limite de 16,5 millions de dollars pour les réclamations individuelles. Au niveau judiciaire, le capitaine et son second ont été condamnés à 20 mois de prison, mais vu qu’ils sont restés en détention durant 16 mois et ont fait preuve de bonne conduite, les quatre mois restants ont été suspendus. Ces derniers sont déjà repartis chez eux en 2021. 

De son côté, Mitsui OSK Line, bien que critiquée au sujet des compensations, a créé un Blue Economy Fund pour Maurice et un MOL Trust pour soutenir les ONG de la région de l’Est. Le MOL Charitable Trust fait des appels à projets et finance des activités sportives, éducatives, entre autres, pour soutenir la communauté affectée par la marée noire.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x