Calendrier 2023: symboles, souvenirs et avancées

Avec le soutien de

La nouvelle année apporte son lot d’anniversaires. Voici un condensé non exhaustif des dates marquantes qu’il fera bon retenir en 2023. Une manière de mesurer les progrès accomplis mais surtout de contempler tout ce qu’il reste à faire.

Revue de presse

13 janvier 1773 : 250 ans de la presse mauricienne

27 avril 1963 : 60 ans de l’express

Le premier numéro de l’express.

Deux dates brillent dans l’histoire de la presse mauricienne. C’est en 1773 qu’est fondé le premier journal de Maurice par Nicolas Lambert, directeur de l’imprimerie Royale. Le premier numéro d’Annonces, Affiches et Avis divers pour les colonies des Isles de France et de Bourbon est paru le 13 janvier 1773. Dans un avant-propos, la société Lambert et Cie demandait «un peu d’indulgence dans les commencements d’une entreprise qui, étant ici la première de son genre, laisse tout à créer».

Le quotidien l’express s’insère dans cette longue tradition de la presse à Maurice. Le journal a été lancé le 27 avril 1963. Philippe Forget, chairman de La Sentinelle écrit: «L’express, depuis sa création en 1963, n’a pas d’agenda caché. Ses convictions, il les affiche.L’express a été pour l’indépendance du pays, tant politique qu’économique. Il croit, pour cela, en l’entreprise libre régulée de manière intelligente et de bonne foi pour éviter les dérapages. Il croit, encore et toujours, au mauricianisme, à la méritocratie, à l’égalité des chances, à l’honnêteté, à davantage de respect de la nature, à la productivité, au pouvoir transformationnel d’une éducation de qualité, aux libertés fondamentales, à notre capacité de nous réinventer, entre autres valeurs.»

L’humain réduit à l’état de chose 1723 : 300 ans du Code noir

Il s’agit ici du Code noir, établi aux îles de France et de Bourbon, en 1723, au début du règne de Louis XV. Connu sous le nom de Lettres Patentes, le Code noir de 1723 est l’ensemble des règlements concernant l’esclavage dans l’océan Indien. Un texte qui, selon les spécialistes, organise «la domination juridique du maître sur l’esclave». En faisant un être sans droit à la propriété, par exemple, un être décrit comme «bien meuble».

Port-Louis brûle

23 juillet 1893 : 130 ans du grand incendie de Port-Louis

Le 23 juillet 1893, un violent incendie ravage le quartier rue Edith-Cavell/la Chaussée. Le Cernéen du 25 juillet 1893 en fait état : «Toute cette riche partie occupée principalement par la communauté commerciale et comprise entre le ruisseau du Pouce d’un côté, la rue St-Louis de l’autre, la partie basse de la rue des Créoles (aujourd’hui Mère Barthélémy) et la voie ferrée, a été entièrement détruite – sauf le magasin central des rhums – par un incendie formidable, auquel rien ne résistait.» (…)

© VINTAGE MAURITIUS

«Il eut été possible, pourtant, de circonscrire le sinistre à quelques immeubles seulement, si nous avions eu un service de pompes plus effectif et surtout des conseillers municipaux ayant plus de sang-froid, d’énergie et d’initiative. Malheureusement, en raison de l’incurie de l’administration urbaine, les pompes étaient dans un état tel qu’il leur était de toute impossibilité de lutter contre les progrès du sinistre (…) En outre, les ordres les plus contradictoires étaient donnés aux pompiers par certains des conseillers présents, les uns considérant que les pompes seraient mieux placées en tel endroit, et les autres en tel autre. Il en est résulté une confusion, un désordre qui est venu singulièrement aggraver une situation déjà extrêmement grave. Quant à l’eau, elle a fait presque totalement défaut.»

Adieu Anjalay

27 septembre 1943 : 80 ans de la mort d’Anjalay Coopen

En septembre 1943, les travailleurs de la propriété sucrière de Belle-Vue-Harel se mettent en grève pour demander une meilleure rémunération et de meilleures conditions. Ils campent sur leurs positions. Le 27 septembre, la tension est à son paroxysme lorsque des policiers font feu sur une foule de travailleurs. Anjalay Coopen meurt sous les balles. Cette jeune femme laboureur de 32 ans était alors enceinte. Elle est devenue une icône de la lutte des travailleurs pour leurs droits. Les autres victimes de cette fusillade sont Kistnasamy Mooneesamy, Moonsamy Moonien et Marday Panapen. Une stèle en hommage aux quatre victimes a été dévoilée le 12 septembre 2003 à Cottage. Le 29 août 2007, une statue d’Anjalay Coopen a été dévoilée dans la cour du Human Rights Centre à Port-Louis.

«Rann nou»

Diego 1973 : 50 ans du débarquement des derniers Chagossiens

En 1973, a eu lieu le dernier débarquement des Chagossiens chassés de leurs îles natales. Dans Chagos mon amour, Lisette Talate (photo) l’une des grandes figures des luttes chagossiennes, aujourd’hui disparue, raconte qu’elle a d’abord été déracinée de Diego Garcia et s’est retrouvée à Peros Banhos pour 12 mois et que de là, elle a été expulsée vers Maurice en 1973. «Un gros chagrin m’a envahie. Qu’est-ce que j’allais faire à Maurice ? J’étais abattue, comme si on avait envie de jeter son corps quelque part. J’avais le cœur brisé. J’allais quitter derrière moi ce cimetière où mes souvenirs étaient enfouis, où mes proches étaient enterrés. Quand nous sommes arrivés à Maurice, toutes les promesses concernant un bon logement se sont envolées.» Pour commémorer l’arrivée des Chagossiens à Maurice, une stèle a été érigée au quai C. Elle a été dévoilée le 15 novembre 2003. Elle porte l’inscription : «En témoignage du déracinement et de l’exil des Chagossiens arrivés sur ce quai entre 1965-1973.»

Cassure du premier gouvernement 60-0

22 mars 1983 : 40 ans de la démission de 11 ministres de l’alliance MMM-PSM

Le 22 mars 1983, 11 des 18 ministres décident de quitter le gouvernement Mouvement Militant Mauricien-Parti Socialiste Mauricien (MMM-PSM) dirigé par le Premier ministre d’alors, Anerood Jugnauth. C’est la cassure du gouvernement issu du premier 60-0 de l’histoire, le 11 juin 1982. Paul Bérenger, JeanClaude de l’Estrac, Jayen Cuttaree, Shirin Aumeeruddy-Cziffra, Rama Poonoosamy, Cassam Uteem, Krishna Baligadoo, Prem Koonjoo, Swalay Kasenally, Kailash Ruhee et Jocelyn Seenyen signent collectivement une lettre de démission. Ramduth Jaddoo, ministre de l’Éducation, en mission au Zimbabwe, les rejoint quand il rentre au pays deux jours plus tard.

Les ministres qui restent aux côtés d’Anerood Jugnauth sont : Harish Boodhoo, Kader Bhayat, Kishore Deerpalsing, Rohit Beedassy, Diwakar Bundhun et Serge Clair. Les ministres MMM reprochent à Anerood Jugnauth un manque de leadership et de trop se laisser influencer par Harish Boodhoo, le Deputy Prime minister. Des élections générales anticipées ont lieu le 21 août 1983. Avant cela, Anerood Jugnauth et d’autres députés mauves sont exclus du MMM. Le 8 avril 1983, ils fondent un nouveau parti : le MSM. En alliance avec le Parti travailliste et le Parti mauricien social-démocrate – alliance qui sera connue comme l’Alliance Bleu-Blanc-Rouge – ils remportent les élections.

Poste suprême

30 septembre 2003 : il y a 20 ans, Paul Bérenger devient PM

Paul Bérenger, après avoir prêté serment comme Premier ministre, avec sa fille Julie, son épouse Arline, sa mère, sa fille Joanna et son fils Emmanuel.

Jour de prestation de serment de Paul Bérenger comme Premier ministre. «Le coeur en fête», titre l’express du 1er octobre 2003, au lendemain de la prestation de serment de Paul Bérenger comme Premier ministre. Lors du cocktail qui suit la réception, il confie: «J’ai longtemps attendu ce jour pour le pays et pour les militants.» La cérémonie eut lieu au Sir Harilall Vaghjee Hall à 16 heures le 30 septembre 2003. Pravind Jugnauth devient vice-Premier ministre et ministre des Finances, Joe Lesjongard, ministre des Administrations régionales et du Logement, et Showkutally Soodun, ministre du Travail, entre autres.

Ils sont nés…

Happy birthday

En 2023, seront commémorés les 220 ans de la naissance du Bienheureux Jacques Désiré Laval. L’apôtre des Noirs est né le 18 septembre 1803. Dans un tout autre registre, Rama Valayden, avocat et homme politique né le 20 août 1963, soufflera ses 60 bougies. Le député Arvin Boolell (photo), chef de file des travaillistes au Parlement, né le 26 mai 1953 à Port-Louis aura 70 ans.

Présence amie

11 juillet 1988 : 35 ans du Centre culturel chinois

Le centre culturel chinois a ouvert ses portes à Bell Village le 11 juillet 1988. Il s’agit du tout premier centre culturel outremer de la Chine. La même année est constituée la Fédération des sociétés chinoises.

Ils sont morts…

10 novembre 1753 : 270 ans de la mort de Mahé de La Bourdonnais

Après la prise de Madras aux Anglais par La Bourdonnais, en septembre 1746, s’ensuivent déboires et déceptions. Quand La Bourdonnais rentre à l’île de France le 10 décembre 1746, il y trouve son successeur, Pierre Félix Barthélemy David, chargé d’enquêter sur sa gestion. Même si La Bourdonnais s’est fait beaucoup d’ennemis, rien n’est découvert justifiant une sanction. Sur le chemin du retour en France, La Bourdonnais prend place sur un navire hollandais, donc neutre. Mais il est arrêté comme prisonnier de guerre, transféré à Londres le 20 janvier 1748.

Libéré, il arrive à Paris le 25 février 1748. Mais à la suite d’autres dénonciations en haut lieu, le 1er mai 1748, on remet à La Bourdonnais la lettre de cachet ordonnant son emprisonnement à la Bastille et la mise sous scellés de ses papiers. Son interrogatoire dure de mars à juin 1748. Une commission est instituée pour examiner les faits. Le 3 février 1751, les commissaires déchargent La Bourdonnais des accusations portées contre lui. Il est libéré deux jours plus tard. Mais sa santé décline, conséquence de son embastillement. Le 8 novembre 1753, il dicte son testament à ses notaires. Il meurt deux jours plus tard à l’âge de 54 ans.

21 juillet 1793 : 230 ans de la mort d’Antoine Reymond Joseph de Bruni d’Entrecasteaux

Aussi connu comme le «chevalier d’Entrecasteaux». Il a été gouverneur général des Mascareignes de février 1787 à novembre 1789. Une rue à Port-Louis porte son nom.

11 mars 1803 : 220 ans de la mort de François, vicomte de Souillac

Il est gouverneur général des Mascareignes par intérim du 1er mai 1779 au 30 janvier 1780. Il quitte les Mascareignes en 1785 après sa nomination comme gouverneur général des Établissements français au-delà du Cap de Bonne-Espérance. Le village de Souillac dans le Sud lui doit son nom.

9 janvier 1863 : 160 ans de la mort de sir William Stevenson

Il a été gouverneur général de Maurice de 1857 à 1863. Mort au Réduit, il est enterré à Moka. Sa statue en bronze se trouve dans la cour de l’hôtel du gouvernement, derrière celle de la reine Victoria.

Contrôle des naissances

Avril 1963 : 60 ans de l’Action familiale

Fondée en 1963 par Mgr Jean Margéot, l’Action familiale est une ONG qui travaille dans la planification et le contrôle des naissances, ainsi que l’éducation sexuelle. Elle voit le jour dans les années 60 dans un contexte de démographie galopante, d’où l’urgence du contrôle des naissances.

India today

1948 : 75 ans de relations diplomatiques avec l’Inde

Des racines ancestrales. Et des relations diplomatiques de longue date. Cette année marque les 75 ans de l’établissement des relations diplomatiques avec la Grande péninsule. Des relations diplomatiques officialisées en 1948, soit 20 ans avant l’indépendance de Maurice. Les activités commémorant ces 75 ans ont déjà commencé l’an dernier. Nandini Singla, l’actuelle Haute-commissaire de l’Inde, a d’ailleurs souligné : «Maurice a été l’un des dix premiers pays au monde où l’Inde a envoyé son tout premier groupe d’ambassadeurs.» L’un des aspects mis en avant pour illustrer l’état des relations entre les deux républiques est la signature du Comprehensive Economic Cooperation and Partnership Agreement (CECPA), en février 2021, et son entrée en vigueur le 1er avril de la même année.

Gardien du patrimoine

30 décembre 2003 : 20 ans de la «National Heritage Fund Act»

Le gardien officiel du patrimoine national est relooké. Le National Heritage Fund remplace le National Heritage Trust Fund. Avec cette loi de 2003, sont aussi abrogés les National Monuments Act et National Monuments (Designation) Regulations 1985. Selon les dispositions de la National Heritage Fund Act, est classé patrimoine national une liste d’environ 200 bâtiments – dont des édifices religieux et des fortifications – mais aussi des cimetières, tombes et statues. Les fossiles d’espèces endémiques, dont le dodo et le solitaire, sont aussi protégés. Une refonte de cette loi est attendue, notamment pour empêcher la destruction de sites ayant une valeur historique mais non classés au patrimoine national.

Du grand Dumas

1843 : 180 ans de la parution de Georges, le roman mauricien d’Alexandre Dumas

Le romancier français Alexandre Dumas, auteur des Trois Mousquetaires et du Comte de Monte Cristo, a aussi une œuvre méconnue intitulée Georges. Ce roman se déroule presque entièrement à Maurice, même si l’auteur n’y a jamais mis les pieds. La bataille de Grand-Port y est décrite avec détails, mais ce sont surtout les thèmes de l’esclavage et de son abolition, du racisme et de la colonisation qui sont abordés.

La première fois que l’on rencontre l’un des personnages principaux, Pierre Munier, Alexandre Dumas écrit qu’il est «l’insolent qui s’était permis, homme de couleur qu’il était, de se mêler à des blancs». Pour Georges, Alexandre Dumas a collaboré avec Félicien Mallefille, un auteur né à l’Isle de France le 3 mai 1813 et installé en France où il est mort le 24 novembre 1868. Félicien Mallefille (qui avait une rue à Port-Louis près du jardin de la Compagnie) a co-signé avec Alexandre Dumas des nouvelles en huit volumes, publiées entre 1839 et 1853, intitulées Crimes célèbres.

Festival de la canne

1953 : 70 ans du Mauritius Sugar Industry Research Institute (MSIRI)

La canne, plante des tout débuts de la colonisation. Industrie-mère, elle a pu compter sur des recherches poussées pour avancer. Si le Mauritius Sugar Industry Research Institute (MSIRI) aura cette année 70 ans d’existence, en réalité son histoire est bien plus longue. Les recherches dans le secteur cannier s’organisent à partir de 1893 avec la création d’une Station agronomique. Puis en 1930, une section dédiée à la recherche sur la canne est créée au sein du département d’agriculture. Avant que l’institut de recherches ne voie le jour en 1953. Depuis 2011, il opère sous l’égide de la Mauritius Cane Industry Authority (MCIA).

Les yeux dans les Bleus

1953 : il y a 70 ans, Jules Koenig fonde le Ralliement mauricien

Époque pré-indépendance. Jules Koenig (1902-1968), avocat et personnalité politique, fonde le parti le Ralliement mauricien, en 1953. Deux ans plus tard, il est le premier leader du Parti mauricien, qui deviendra le Parti mauricien social-démocrate et aura pour couleur le bleu. Jules Koenig a guidé les premiers pas de Gaëtan Duval en politique. En 1966, Jules Koenig se retire pour des raisons de santé. Gaëtan Duval devient le leader du parti et aujourd’hui son fils Xavier-Luc en a repris le flambeau.

Sauvés des eaux

29 juin 1923 : 100 ans que des rescapés du Trevessa accostent à Bel-Ombre

Le 29 juin 2023, cela fera 100 ans depuis que les naufragés du SS Trevessa ont posé pied à terre à Bel-Ombre. Ce bateau à vapeur transportant une cargaison de charbon a sombré à mi-chemin entre Freemantle en Australie et Maurice. En dérivant pendant 22 jours (pour le premier canot de sauvetage) et 24 jours (pour le second canot de sauvetage), ces hommes d’équipage ont vécu une émouvante et terrible histoire de survie. Et même s’ils sont arrivés à terre, à Bel-Ombre, tous n’ont pas pu profiter du soleil mauricien, car parmi les naufragés, le cuisinier, William Allchin, est décédé à l’hôpital. Une stèle érigée à Bel-Ombre commémore ce naufrage et ce sauvetage.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x