Ajustement salarial: paiement d’un boni de productivité aux employés du CEB

Avec le soutien de
Un des critères pour le paiement de ce boni est l’absence de «black-out» dans le pays.

Un des critères pour le paiement de ce boni est l’absence de «black-out» dans le pays.

Bonne nouvelle pour les employés du Central Electricity Board (CEB). Son conseil d’administration a approuvé le paiement d’un boni de productivité pour les 1 200 employés. Cet exercice se fera en deux tranches. Une première partie sera versée avec le treizième mois, apprend-on, et un deuxième paiement sera effectué au cours de l’année prochaine.

Certains s’interrogent quant au paiement de cette prime de productivité, d’autant que le CEB se retrouve avec un déficit de Rs 3 milliards. Cet organisme a-t-il fait des profits pour cette année financière, qui lui permettraient d’octroyer une telle allocation à ses employés ? D’après une source au CEB, il ne faut pas nécessairement qu’il y ait eu des profits pour payer un boni de productivité. Tout est fait selon un accord signé entre la direction et les syndicats.

Ce type d’accord existe depuis 2004, et il est renou- velable tous les cinq ans. La dernière fois que les deux parties ont signé cet accord remonte à 2017, quand un consultant avait soumis des recommandations comprenant notamment le paiement d’un boni de productivité aux employés. Une demi-douzaine de critères sont pris en considération avant le paiement de cette prime. À titre d’exemple, si le CEB manœuvre bien et évite que le pays ne subisse de black-out, ses employés obtiennent des points. La réalisation d’un projet sur une période déterminée est encore un autre exemple de critère à prendre en considération. Le conseil d’administration fixe aussi des objectifs que les employés doivent atteindre.

Clency Bibi, le président de la Central Electricity Board Staff Association (CEBSA) maintient que le paiement d’un boni de productivité n’a rien à voir avec la performance financière du CEB. «La direction du CEB n’a pas le choix que de payer. C’est un accord collectif que sa direction a signé et il faut le respecter. Sinon cela aurait provoqué un litige avec des risques sur le plan légal. Il va payer et c’est tout à son honneur», dit-il. La CEBSA et la direction du CEB débuteront des négociations l’année prochaine pour signer un nouvel accord collectif.

Il serait bon de savoir combien cela coûtera au CEB et comment il fera pour payer ses employés. Nous n’avons eu aucune réponse de la direction de cet organisme sur ce point, ni pour préciser quand la deuxième tranche sera payée.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x