Les grands titres de l'express de ce lundi 5 décembre 2022

Avec le soutien de

En une de l'express: 20 jours de grève de la faim - Nishal Joyram : «Pran enn konzé pou montré gouvernman nou pé soufer» ; Autre titre: Charges et détentions provisoires : L’affaire Laurette remet les pendules à l’heure.

20 jours de grève de la faim - Nishal Joyram : «Pran enn konzé pou montré gouvernman nou pé soufer»

Hier a marqué le 20e jour depuis que l’éducateur Nishal Joyram ne s’alimente pas. Celui qui a jusqu’ici essuyé plusieurs refus du gouvernement de baisser les prix des carburants maintient son combat, bien que sa santé se détériore davantage. Le gréviste de la faim invite les Mauriciens à ne pas aller travailler pour le rejoindre aujourd’hui à partir de 10 heures à la place de la Cathédrale et ainsi démontrer le soutien à son combat citoyen.

Charges et détentions provisoires : L’affaire Laurette remet les pendules à l’heure

L’affaire Bruneau Laurette permet de voir plus clair sur le sort des suspects jetés en cellule policière ou en prison pendant trop longtemps, alors qu’ils sont supposés avoir droit à la liberté conditionnelle. Tout cela, en raison de «l’enquête policière en cours».

Droits des femmes : À quoi sert un «protection order» finalement ?

Chaque année, la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, commémorée le 25 novembre, donne le coup d’envoi de 16 jours d’activisme qui se terminent le 10 décembre, lors de la commémoration des droits de l’homme par les Nations unies. Malgré ces actions citoyennes et des provisions légales, la protection des femmes mauriciennes contre la violence conjugale demeure lettre morte.

Publicité
Publicité
e-brochures.mu logo

Retrouvez les meilleurs deals de vos enseignes préférées.

e-brochures.mu icon
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x