Rapport d’IDEA International: la démocratie à Maurice est en net recul

Avec le soutien de

Sur les 173 pays couverts par le rapport de l’Institut international pour la démocratie et l’assistance électorale (IDEA International), publié hier, 52 démocraties, dont Maurice, étaient en déclin en 2021. Le pays se retrouve aux côtés du Brésil, de la Hongrie, de la Pologne, de l’Inde ou encore du Salvador.

Selon Kevin Casas-Zamora, secrétaire général de cette organisation basée en Suède, il y a maintenant des facteurs extrêmement défavorables à la démocratie, qui se sont intensifiés par les retombées de la crise économique déclenchées par le Covid-19 au niveau mondial et les conséquences économiques de la guerre en Ukraine. Mais il ne s’arrête pas là et souligne aussi : «Un déclin peut se traduire, par exemple, par une remise en cause de la crédibilité d’élections, par des atteintes à l’État de droit ou encore par des entraves à l’espace civique.»

Pour Rajen Narsinghen, juriste et chargé de cours à l’université de Maurice, malheureusement, l’île est encore une fois ciblée dans un rapport et pas pour les bonnes raisons. «Je pense que c’est très dangereux. Surtout après les rapports de V-Dem, Reporter sans frontière et tant d’autres, le Premier ministre ne peut pas venir dire que c’est de la démagogie de l’opposition aujourd’hui.» Et de faire ressortir qu’IDEA International est une organisation sérieuse, crédible et indépendante de la politique à Maurice. «C’est une grosse claque pour Maurice.»

Ce rapport, selon Rajen Narsinghen, est une condamnation sans équivoque et prend à contrepied Pravind Jugnauth. «Car le rapport évoque des élections truquées et donc, que les jeux électoraux ont été faussés et la démocratie bafouée.» Comment sortir de cette situation de crise aujourd’hui ? «Ce sera très difficile et la situation est déjà catastrophique. On parle encore et toujours de réforme, qui est importante.»

Rajen Narsinghen n’a pas manqué de souligner qu’encore une fois, le gouvernement ressortira l’excuse de la récession, de la guerre en Ukraine et de la gestion post-Covid-19 pour justifier son empiétement sur la liberté. Mais, confie-t-il, désormais, l’opposition ne doit pas parler uniquement et doit s’unir contre ce régime actuel.

Pour Milan Meetarbhan, avocat et constitutionnaliste, les Mauriciens sont chaque semaine témoins de ce déclin de la démocratie, rien qu’en regardant ce qui se passe au Parlement. «Ce n’est guère étonnant pour beaucoup de Mauriciens. Les rapports successifs d’organismes indépendants, qui évoquent le déclin de la démocratie à Maurice sur la base de critères scientifiques, confirment ce que les Mauriciens constatent tous les jours. Nous sommes les témoins de ce qui se passe au Parlement chaque semaine. La confiance dans les institutions est à son niveau historiquement le plus bas. Le moment est au ressaisissement.»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x