Mondial-2022: l'Angleterre retombe dans ses travers

Avec le soutien de
Le capitaine de l'Angleterre Harry Kane lors du match contre les Etats-Unis au Mondial, le 25 novembre 2022 à al-Khor.

Le capitaine de l'Angleterre Harry Kane lors du match contre les Etats-Unis au Mondial, le 25 novembre 2022 à al-Khor.

Après une entrée en matière brillante, face à l'Iran (6-2), l'Angleterre a été freinée par les Etats-Unis (0-0) vendredi le 25 novembre, pour son deuxième match du Mondial en retombant dans son jeu lent et peu inspiré.

«Demain on doit écrire l'histoire», avait lancé en conférence de presse d'avant-match Gareth Southgate, dont l'équipe n'avait jamais battu les Etats-Unis dans une grande compétition.

Mais les huées nourries des supporters anglais à la fin du match prouvent qu'on a jamais senti le vent de l'Histoire souffler sur le stade Al-Bayt.

C'est même presque un retour à la case départ pour des Three Lions régulièrement accusés d'être trop frileux et trop brouillons offensivement.

Le match s'est déroulé sur un faux rythme volontairement entretenu, dans un premier temps, par les hommes de Southgate, mais dont ils n'ont jamais réussi à s'extirper.

«Nous avons eu deux ou trois belles opportunités et nous ne les avons pas mises au fond», a déploré après le match Harry Kane, finalement titulaire, malgré le coup reçu à une cheville lors du premier match.

«Peut-être que les gens ont pensé, après (l'Iran), que nous allions écraser tous nos adversaires, mais ce n'est pas le cas», a-t-il ajouté.

On savait que le sélectionneur anglais redoutait l'intensité que sont capables de mettre les Etats-Unis avec un gros volume de courses et un pressing haut.

Southgate très satisfait

Les fréquentes passes latérales entre John Stones et Harry Maguire devaient permettre de faire sortir l'adversaire pour trouver des joueurs entre les lignes et initier des changements de rythme qui ne sont jamais venus.

«Personnellement, je suis très satisfait de l'application des joueurs face à un adversaire très coriace», a pourtant lancé Southgate en conférence de presse, mais il sait que les commentaires dans la presse ne seront pas tendres, samedi.

En face, les Américains ont été extrêmement disciplinés dans leur quadrillage du terrain, neutralisant les déplacements de Jude Bellingham, les appels, assez rares, de Bukayo Saka ou les envolées sur les flancs de Luke Shaw et Kieran Trippier pour apporter le surnombre.

Les rares occasions anglaises ont pourtant montré la voie à suivre: une combinaison entre Raheem Sterling et Saka a permis à ce dernier de trouver Harry Kane en retrait, même si un défenseur américain était sur la trajectoire de sa reprise (10ᵉ).

Juste avant la pause, un déboulé de Luke Shaw, conclu par un centre trop en retrait pour que Saka puisse le reprendre efficacement, et une déviation de Sterling pour Mason Mount dont la frappe a été repoussée par Matt Turner (45+1) laissaient espérer que les Anglais avaient compris comment s'y prendre.

Malheureusement, le soufflé est retombé au retour des vestiaires et les rentrées de Jack Grealish ou Marcus Rashford n'ont pas apporté l'étincelle escomptée.

Victoire impérative pour les Etats-Unis

Avec 4 points en deux matches et une différence de buts de +4, les Three Lions restent bien placés pour la qualification avant de jouer le pays de Galles, battu par l'Iran (2-0) plus tôt, et qui aura besoin d'un miracle pour passer.

Les hommes de Gregg Berhalter, eux, devront impérativement battre les Iraniens.

Ils pourraient regretter les deux énormes occasions manquées par Weston McKennie, seul aux sept mètres et qui a envoyé sa reprise dans les tribunes (26ᵉ) et Christian Pulisic qui a trouvé la transversale sur une frappe dans la surface (33ᵉ).

«Le produit final aurait pu être meilleur», a reconnu le coach, «mais je suis très satisfait globalement, notamment de la détermination du groupe qui est resté très concentré», avant un match au contexte géopolitique lourd face à l'Iran.

«Le match sera très disputé parce que les deux équipes voudront la qualification à tout prix, pas en raison des relations entre nos pays», a relativisé Berhalter.

Les deux équipes s'étaient déjà affrontées en 1998 lors du Mondial français et la sélection perse l'avait emporté 2-1. En 2000, lors d'un match amical, ils avaient fait match nul (1-1).

Ce sera donc aux Etats-Unis d'essayer d'écrire l'histoire lors de la dernière journée du groupe, s'ils veulent voir les huitièmes.

Publicité
Publicité
e-brochures.mu logo

Retrouvez les meilleurs deals de vos enseignes préférées.

e-brochures.mu icon
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x