Mondial: l'Angleterre face à sa Kane-dépendance

Avec le soutien de

Jouera ? Jouera pas ? Touché à la cheville droite contre l'Iran lundi, l'incertitude sur la présence de Harry Kane face aux Etats-Unis vendredi (19h00/18h00 GMT), souligne la dépendance des Three Lions à leur buteur et capitaine.

«Je pense qu'il va bien. C'est peut-être encore un peu douloureux mais il était sur le terrain avec nous aujourd'hui. C'est une bonne chose (parce que) c'est notre capitaine», avait assuré mercredi le gardien de but Jordan Pickford lors d'une conférence de presse.

Un ton qui se voulait rassurant après les informations indiquant que Kane avait passé un scanner mercredi pour évaluer l'état de sa cheville, touchée dans un tacle contre l'Iran à la 50e minute de jeu, ce qui ne l'avait pas empêché de jouer encore 25 minutes avant d'être remplacé.

Une victoire contre les Américains, après la démonstration offensive contre l'Iran (6-2), enverrait l'équipe de Gareth Southgate en huitième de finale.

Si Kane n'a pas marqué contre les Iraniens, laissant ses jeunes partenaires s'illustrer au tableau d'affichage, il a été, comme souvent, précieux dans la distribution et la participation à la construction des actions, délivrant deux passes décisives pour Raheem Sterling sur le 3-0 (45+1) et Marcus Rashford sur le 5-1 (71e), quatre minutes avant sa sortie.

«On l'admire tous»

«Je pense que Harry va bien. Cela ressemblait à un mauvais coup, mais il a continué le match. On l'a remplacé parce qu'on a senti qu'on pouvait se le permettre à ce moment du match», a expliqué après le match le sélectionneur Gareth Southgate.

Depuis, l'équipe d'Angleterre a pourtant maintenu un flou presque total sur son état de santé précis.

S'est-il vraiment entraîné normalement ? Impossible de le dire, la séance étant à huis-clos. Au cours de la compétition, il n'est de toute façon pas rare que des joueurs aient des séances personnalisées.

A deux jours d'un match qui pourrait les qualifier, contre l'adversaire a priori le plus fort du groupe B, le "poker menteur" des Anglais est de bonne guerre.

Mais il montre aussi, en creux, l'importance de ce joueur.

«Quand Harry est sorti, Callum (Wilson) est rentré et a très bien joué, donnant une passe décisive à Jack (Grealish, sur le 6-1), en étant très altruiste. Tout le monde s'entraîne dur. Tout le monde est là pour une raison, pour jouer», a avancé le portier d'Everton.

«Mais évidemment que Harry est un joueur incroyable, il donne l'exemple dans le groupe, c'est le capitaine, le leader, et on l'admire tous», a-t-il poursuivi.

Monsieur 35% 

Un regard au taux de victoires des Anglais avec (61,8%) ou sans (61,9%) leur capitaine pourrait laisser penser que son absence ne change pas grand chose.

Mais son importance dans la production offensive des Three Lions est pourtant solidement attestée par les chiffres: avec 51 buts en 76 sélections, il a inscrit 35% des buts inscrits par la sélection lors des matches qu'il a joués depuis ses débuts en mars 2015.

Avec lui, l'Angleterre a marqué 2,2 buts par match sur cette période contre 1,8 quand il était absent.

Pour autant, s'il y a bien un secteur où l'Angleterre a des options, c'est bien devant.

Si Callum Wilson, le seul autre pur attaquant axial, qui a aussi eu un entraînement individualisé depuis le match contre l'Iran, devait ne pas être disponible, Gareth Southgate aurait encore à choisir entre Marcus Rashford en pointe ou Phil Foden, dans un rôle davantage de "faux-neuf".

Un dilemme que beaucoup de sélectionneurs rêveraient d'avoir à trancher.

Publicité
Publicité
e-brochures.mu logo

Retrouvez les meilleurs deals de vos enseignes préférées.

e-brochures.mu icon
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x