MK: le recrutement de la fille d’un haut cadre fait polémique

Avec le soutien de

Avec la reprise post pandémie des vols sur plusieurs destinations et l’administration volontaire, le transporteur national a besoin de personnel à bord de ses appareils. En effet, sur la centaine de Cabin Crew en formation chez Airmate, filiale d’Air Mauritius (MK) qui a été au centre des turbulences, la compagnie aérienne en a recruté 19 récemment. Cependant, selon le personnel navigant, la liste des nouveaux venus ferait polémique car la fille d’un haut cadre de MK, qui est instructeur et s’occupe également des opérations en cabine, fait partie des membres du Personnel Navigant Commercial (PNC) recrutés. 

Pour le personnel, il y aurait du favoritisme car selon l’un d’eux, les plus méritants restent sur la touche, comme le personnel au sol ou d’autres Cabin Crew qui ont beaucoup plus d’expérience. «Si quelqu’un se sent lésé, il existe des instances pour cela», explique- t-on du côté de la compagnie aérienne. Quant aux nouveaux Cabin Crew qui prendront leur fonction à partir du 1ᵉʳ décembre, ils ont commencé une formation jeudi. 

Ventes par téléphone 

Airmate a été fondée en 2006, dont MK est l’unique actionnaire. Elle offrait alors un service de ventes par téléphone, qui consistait notamment à effectuer des réservations pour les clients étrangers. Elle a pris cependant de l’ampleur au sein d’Air Mauritius. MK décide donc de créer une compagnie subsidiaire qui se chargera exclusivement de ce service, un peu à la manière d’un sous-traitant, car le service de call centre ne constitue pas le core business de MK. 

En 2008, Airmate commence alors à recruter des employés pour faire le même type de travail que les employés d’Air Mauritius. Cependant, en 2015, des employés d’Airmate ont soutenu que MK pratiquait une «discrimination salariale» à leur égard. La même année, Ashveen Goorah, le directeur général d’Airmate, est suspendu de ses fonctions. Il faisait l’objet d’une enquête pour manquements graves au niveau de la gestion d’Airmate. En 2017, des membres du personnel de cabine, une cinquantaine environ, déplorent le fait qu’ils reçoivent un «maigre per diem». Ils sont également contraints, disent-ils, de consommer de la nourriture qui va à l’encontre de leur foi, d’autant que l’allocation qu’ils perçoivent, s’élevant alors à Rs 2 000, ne suffit pas pour compenser cette «anomalie».

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x