Aurèle André: «La pratique du trail a toutes les composantes nécessaires pour sensibiliser la population sur l’importance du développement durable»

Avec le soutien de
Aurèle André, cheville ouvrière de l’organisation du Trail de Rodrigues.

Aurèle André, cheville ouvrière de l’organisation du Trail de Rodrigues.

Un cycle de douze années s’est achevé. Le Trail de Rodrigues entame un nouveau cycle avec la tenue de la treizième édition le 6 novembre prochain. De nouveaux parcours, un premier ultra de 73 km, avec départ à 2h30 du matin, et le retour de pointures internationales. Tout a été pensé pour que l’événement monte en grade et contribue à placer de nouveau la destination sur la carte mondiale du trail et de l’exotisme.

Le nombre douze est considéré comme nombre de cycle. Il ne serait pas exagéré de dire que le Trail de Rodrigues a complété un premier cycle de douze ans et s’apprête à ouvrir un nouveau cycle le 6 novembre prochain ?
Effectivement, le Trail de Rodrigues, avec ses douze ans d’activités ininterrompues, a complété un premier cycle et la treizième édition prévue le 6 novembre prochain ouvrira un nouveau cycle qui, j’espère, sera encore plus brillant. D’ailleurs, avec la motivante équipe de la Rod Trail Association, je n’ai aucun doute que l’avenir s’annonce très bien. A la base de tout succès, il a y d’abord des femmes et des hommes généreux dans l’effort, désintéressés et volontaires.

Un cycle est un symbole de période achevée, d’accomplissement. Le Trail de Rodrigues a-t-il atteint ses objectifs en ces douze années d’existence ? S’est-il enraciné dans le paysage sportif régional et international ?
La réponse est un énorme oui catégorique. Le Trail de Rodrigues, plus connu comme l’Eden du Trail, a tenu toutes ses promesses. Après douze éditions et à l’aube de la treizième, il s’est parfaitement intégré dans le paysage local et rayonne sur la scène régionale et internationale.

Qui aurait pu imaginer en 2010, année de la première édition, que le Trail de Rodrigues allait générer autant de résultats positifs, autant de bienfaits ?
Pour un coup d’essai, c’est devenu un coup de maître ! Au départ, c’était la détermination et la vision d’un minuscule groupe de personnes passionnées par la nature et la capacité humaine de vivre en symbiose avec son environnement. Je voudrais ici, à l’aube de ce nouveau cycle, rendre un hommage appuyé aux initiateurs et fondateurs du Trail de Rodrigues. Un grand merci à Philippe La Hausse, Yan de Maroussem, Frédérick Desjardin, Eric Lacroix, Carine Ferst Rose, André Emilien, Ivan Cliff Rose, Mennery François, Aman Hortense, Arnaud Meunier, Jean Claude Ah Kang, Max Raboude, Antoinette Milazar, Laurence Goilot, Mireille Sery, Marie James Agathe et tant d’autres. Merci au Rodrigues Regional Athletics Committee, à l’Assemblée régionale de Rodrigues, à l’Office de Tourisme de Rodrigues, aux Rod Riders, à l’Association du Tourisme Réuni, au Rotary Club de Rodrigues, autant d’organisations qui ont toujours apporté leur soutien au Trail de Rodrigues. Merci finalement à nos principaux sponsors qui nous sont restés fidèles : François Leguat Ltd, Phoenix Beverages Ltd, avec Crystal et Coca-Cola, Red Bull, Airport of Rodrigues Ltd et enfin tous les volontaires de la première heure.

Il est un fait que le trail est situé à l’intersection du sport, de la culture, de la géographie, de l’environnement durable, de la santé et qu’en sa qualité de pratique multidimensionnelle, il ne pouvait que favoriser des prises de conscience ?
Dès le début, il fallait s’imprégner d’une philosophie de base pour assurer la pérennité du Trail à Rodrigues, donner au Trail de Rodrigues une identité autour de laquelle la population dans sa totalité pourrait se retrouver. La pratique du trail a toutes les composantes nécessaires pour sensibiliser la population sur l’importance du développement durable. Le Trail de Rodrigues a été et continuera à contribuer à cette prise de conscience. Le trail permet, entre autres, la découverte et la redécouverte de son milieu naturel, la camaraderie, l’entraide, et j’en passe, et favorise le vivre-ensemble.

Le trail favorise la découverte ou la redécouverte de son propre pays, provoque des prises de conscience sur le plan de la santé et de la protection de l’environnement. Le trail a-t-il transformé le mode de vie des Rodriguais ?
L’engouement pour la pratique du trail à Rodrigues est visible au quotidien. Les Rodriguais sont constamment dans les sentiers. Il ne se passe pas un jour où les coureurs n’y sont pas présents, arborant fièrement les t-shirts colorés aux couleurs du trail. Le calendrier de la Rod Trail Association en est la preuve avec au moins une activité mensuelle. Les autorités ont elles aussi reconnu l’importance du trail dans la construction d’une société rodriguaise plus saine et résiliente. Parmi les activités officielles pour la célébration des 20 ans de l’accession de Rodrigues au statut de région autonome au sein de la Républiques de Maurice, il y aura un trail.

D’ailleurs, n’est-il pas vrai qu’on ne protège que ce qu’on aime vraiment ? Le trail fait aujourd’hui la fierté des Rodriguais et consolide un patriotisme sain et dynamique.

C’est un des meilleurs stimulants pour vaincre la sédentarité…
Il est un fait que la modernité se conjugue avec la sédentarité mais Rodrigues a eu la chance de ne pas tomber dans ce piège. La pratique du trail est arrivée à temps. L’exercice physique pour le bien-être et pour le plaisir gagne en popularité malgré le développement des moyens de transport publics et privés. De plus, les trailers de tous les niveaux se font conseiller et je voudrais dire un grand merci à un monument de l’athlétisme et du sport rodriguais, M. Elvino Pierre-Louis, encadrant d’un bon nombre de Rodriguais.

Le trail est aussi l’ami du tourisme, pilier de l’économie rodriguaise. Il a ouvert une fenêtre sur le potentiel naturel d’une île qui mérite d’être connue…
Le Trail de Rodrigues contribue à sa manière à augmenter la visibilité de Rodrigues comme destination nature. La presse locale, nationale, régionale et internationale y est pour quelque chose.

La venue des stars comme Julien Chorier, Emilie Lecomte, Maud Gobert, Yohan Stuck, Ryan Sanders, Ludovic Pommeret, Xavier Thévenard, Landie Greyling et d’autres encore a aidé à augmenter la visibilité de la destination surtout au niveau international. Sans oublier les stars régionales, comme Paul-René Vitry, Fabrice Armand, Raymond Fontaine, Eddy Lauret, Marcelle Puis, David Hauss, Mireille Sery, et le groupe de l’université de La Réunion. Sur le plan national, nous avons eu le plaisir d’accueillir les stars comme Simon Desvaux, Vishal Ittoo et Jean Will Smith. Enfin, les Aventures Joëlletes, avec la présence remarquée de Run Handi Move, Réunion Aventure Joëllettes et le Groupe de la Fondation Père Favron. Une personnalité autrement capable qui a laissé des traces indélébiles sur le Trail de Rodrigues est bien l’incontournable Jimmy Nagayom, toujours encadré par ses parents.

Pour ce qui est de l’amélioration de la visibilité de Rodrigues, on ne pouvait trouver meilleur allié…
Nous avons certainement investi beaucoup pour l’amélioration de la visibilité de la destination rodriguaise et nous comptons revigorer les réseaux nationaux, régionaux et internationaux.

«Le Trail de Rodrigues passe à un niveau supérieur avec l’inclusion d’un ultra-trail qui, d’ailleurs, a été validé par l’International Trail Association.»

Le triste épisode de la Covid-19 a bousculé les deux dernières années de ce cycle de douze ans. Ce triste épisode est-il derrière vous ? La reprise économique a-t-elle eu lieu à Rodrigues ?
L’impact de la pandémie a été dur, surtout avec la longue fermeture des frontières et les restrictions sanitaires. Avec la réouverture en mars dernier, l’économie a redémarré, surtout sur le plan national et il est encourageant de voir qu’en juillet et août 2022, Rodrigues a accueilli pratiquement le même nombre de visiteurs qu’à la même période en 2019.

La tenue différée de la douzième édition le 19 juin dernier symbolise-t-elle ce redépart, sachant que le rendez-vous de novembre avait dû être reporté en raison de la situation sanitaire ?
Un ré-départ, je ne crois pas, car les organisateurs sont restés toujours mobilisés malgré les incertitudes. La 12e édition en juin dernier a nécessité des ajustements majeurs et heureusement, avec la collaboration et le soutien de tous, nous avons pu surmonter les difficultés.

Est-ce un challenge de tenir deux éditions du Trail de Rodrigues en l’espace de cinq mois ?
La vie elle-même est un challenge, donc il fallait s’y faire.

Qu’est-ce que cela implique comme investissements humains et financiers ?
Les investissements humains et financiers sont énormes mais ils ne nous font pas peur car le Trail de Rodrigues a, d’année en année, développé une résilience qui lui permet d’affronter les défis avec sérénité.

Pour un résultat qui sera synonyme de reprise et de retour à la normale…
Avec l’expérience de la Covid-19, tout a changé et aujourd’hui le Trail de Rodrigues n’est plus un projet mais il est devenu un processus, donc, il évolue par rapport à la situation présente. C’est une adaptation continuelle aux conditions qui, très souvent, dépassent l’entendement. D’où la nécessité de faire appel à l’innovation et la créativité.

Ce 13e Trail de Rodrigues devra être marqué d’une pierre blanche puisqu’il étrenne de nouveaux parcours. Parlez-nous de ces cinq nouveaux tracés ?
L’insertion d’un parcours de 73 km, le Trail du Hibou, est une innovation voulue. Le Trail de Rodrigues passe à un niveau supérieur avec l’inclusion d’un ultra-trail qui, d’ailleurs, a été validé par l’International Trail Association (l’ITRA). Nous espérons qu’il attirera encore plus de trailers aguerris sur cette distance. Les quatre autres parcours sont les traditionnels Trail de la Tortue, Family Trail de 7 km, très populaire pour l’ensemble de la population, et le Trail du Gecko de 16 km dans le format de trail court. Dans le format intermédiaire, il y aura le Trail du Solitaire sur un parcours de 28 km et enfin sur le format long, le Trail du Perroquet de 51 km.

Un nouveau nom à retenir : le Trail du Hibou, avec départ à 2h30 du matin à la Réserve François-Leguat ?
Ce sera une expérience… chouette, d’autant plus que les participants seront conviés à faire un tour complet de l’île avec un bonus, le soleil levant à l’est qui s’annonce électrique.

Le Trail de Rodrigues accueillera-t-il de nouveau les coureurs étrangers cette année ?
C’est le souhait que nous poursuivons à chaque édition. Les pourparlers sont en cours même si les contraintes sont énormes. De nombreux coureurs étrangers sont engagés dans des compétitions internationales, y compris certains de nos coureurs locaux. A titre d’exemple, Liraud Flore et Marie Anne John. Depuis l’avènement de la Covid-19, le soutien de la compagnie nationale d’aviation n’est plus d’actualité, c’est un gros frein pour les coureurs étrangers. Cependant, nous sommes confiants qu’il y aura des coureurs de calibre à cette 13e édition pour le plaisir de tous.

Le plateau sera-t-il plus relevé ?
Chaque édition apporte son lot de bonheur, de nouveauté, de plaisir et de souvenirs. Le plateau sera à la hauteur de l’événement. Nous attendons avec impatience le retour d’Eric Lacroix, de Ludovic Collet et de Fred Bousseau. Auront-ils dans leurs bagages, des surprises, l’aboutissement de nos démarches ? Le temps nous le dira.

Spectacle garanti…
Comme à l’accoutumée, le spectacle sera au rendez-vous et l’organisation est en train de tout mettre en œuvre pour une expérience humaine digne de cette treizième édition.

Publicité
Publicité
e-brochures.mu logo

Retrouvez les meilleurs deals de vos enseignes préférées.

e-brochures.mu icon
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x