Projet de tout-à-l’égout à Grand-Baie: presque Rs 100 M payées au consultant Gibb Mauritius Ltd

Avec le soutien de
Le chantier du tout-à-l’égout à Grand-Baie a été abandonné, laissant les habitants dans le désarroi, mais le consultant a obtenu 70 % de ses rémunérations.

Le chantier du tout-à-l’égout à Grand-Baie a été abandonné, laissant les habitants dans le désarroi, mais le consultant a obtenu 70 % de ses rémunérations.

Pourquoi le contracteur chinois a-t-il abandonné, le 29 août, le projet d’installation du tout-à-l’égout commencé le 8 juillet 2019 ? Beaucoup de questions demeurent sans réponse. Comme le traitement accordé au consultant Gibb Mtius Ltd.

En réponse à la question 1010 d’Osman Mahomed mardi dernier, Joe Lesjongard a informé la chambre que Rs 491 millions sur les Rs 2 milliards, soit 24 % du coût du projet, ont déjà été payées au consortium Henan Water & Power Engineering Consulting Ltd/Anhui Shui An Construction Group Co Ltd. Alors que le consultant Gibb Mtius Ltd, lui, a été payé Rs 99 millions sur le montant total de Rs 140 millions qui lui étaient dû. Le ministre des Services publics a habilement omis cette information (Rs 140 millions) que nous avons obtenue d’une source. Le consultant Gibb aurait donc déjà obtenu 70 % des rémunérations alors qu’il reste 77 % des travaux à compléter !

L’ingénieur et député Osman Mahomed s’interroge : «Le consultant fournira-t-il le même effort quand il sait qu’il a déjà empoché presque les trois quarts de l’argent ? C’est comme si vous avez payé le constructeur de votre maison d’avance et vous vous rendez compte qu’il s’absente sou- vent, jusqu’à ce qu’il abandonne la construction car ayant déjà pris une grosse avance.» Le député travailliste craint maintenant que le consultant ne réclame de paiement additionnel pour compléter les travaux.

Kishan Padaruth, de Gibb, ne nous a pas répondu. Cependant, lorsque nous lui avions demandé, le mois dernier, pour quelles raisons le directeur de l’Audit a fait état dans son dernier rapport d’un paiement excédentaire de Rs 17,9 millions à Gibb pour le projet de protection côtière, il nous avait expliqué que bien que les travaux eussent été réduits en cours de route, Gibb, lui, avait déjà mobilisé ses employés sur les sites et qu’il fallait les payer.

Dans le cas du projet de tout-à-l’égout de Grand-Baie, il semble que les entrepreneurs chinois n’aient pu compléter le projet «akoz Covid», comme l’a affirmé le ministre Lesjongard le mardi 18 octobre à l’Assemblée nationale mais que le consortium de consultants mené par Gibb Mauritius Ltd ait, lui, réclamé et obtenu la totalité de ses frais. Si c’est vrai, nous dit Osman Mahomed, «cela soulèverait beaucoup de questions. On paie pour des travaux non effectués !»

Davantage de retard

D’autres questions de- meurent sans réponse dans cette affaire. Joe Lesjongard n’a pas communiqué le montant révisé du projet disant «I do not have the revised sum.» Osman Mahomed espère que le ministre déposera bientôt cette information cruciale au Parlement et se demande si une augmentation du coût du projet entraînerait une augmentation du coût de «consultancy». Il voudrait aussi savoir combien sera financé par la Japan International Cooperation Agency (JICA) et combien par le gouvernement mauricien et surtout le time frame car trop de délais pourraient occasionner un retrait du JICA comme financier, et entraîneraient davantage de retard pour ce projet important pour l’environnement physique de la région.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x