Deux-Frères - Construction du front de mer: arbres et palétuviers seront replantés

Avec le soutien de
Plan aérien du site qui accueillera le nouveau front de mer.

Plan aérien du site qui accueillera le nouveau front de mer.

La région du Sud-Est connaîtra une grande transformation au nom du développement touristique, un projet pour lequel plusieurs arbres endémiques seront sacrifiés.

85 ! C’est le nombre d’arbres, y compris des palétuviers (mangroves), qui devront être abattus pour le projet de front de mer (waterfront) de Deux-Frères. À l’embouchure de la Grande-Rivière-Sud-Est, il s’étendra sur environ 900 mètres jusqu’au débarcadère, incluant l’ancienne plate-forme de débarquement de sable. Si, selon le ministère de l’Environnement, la végétation existante subira un minimum de préjudices, il est précisé que les arbres sacrifiés seront remplacés.

La construction du front de mer aura deux objectifs principaux. Il s’agit, tout d’abord, de promouvoir le tourisme et les activités récréatives et commerciales dans les environs de Deux-Frères et de se munir d’un débarcadère pour les touristes des bateaux de plaisance.

Pour la petite histoire, après l’interdiction de l’extraction du sable en 2001, les anciennes plates-formes de débarquement de sable, longeant le front de mer de Deux-Frères, et les zones adjacentes ont subi un déclin socioéconomique et environnemental. L’autre objectif est de tenter de contenir la dégradation côtière et d’accroître la résilience côtière face au changement climatique et à la hausse du niveau de la mer.

Alors que les travaux devraient démarrer en décembre et s’achèveront en mai 2024, il est important de préciser que cette région du Sud-Est est composée à 90 % d’arbres, dont des palmiers endémiques et des arbres fruitiers. Le ministère de tutelle a signifié que, pour chaque palétuvier au-dessus de 50 cm sacrifié, trois autres devront être replantés. Quant à ceux de moins de 50 cm (au stade de trois feuilles), ils seront relocalisés vers d’autres sites de la région.

Selon le rapport sur l’environnement terrestre et marin de cette région du consultant en écologie, Diospyros Ltd, en avril 2022, l’impact des travaux d’infrastructures à Deux-Frères sera minime et la portion terrestre du site est «of low ecological sensitivity and importance. It can, therefore, be considered to be low sensitivity to impact». Cependant, le consultant recommande que la politique gouvernementale de remplacer chaque arbre sacrifié par trois soit respectée.

Le rapport souligne que seuls le Thespesia populnea (le Bois de peinture qui pousse dans et autour de la mangrove) et quelques palétuviers (Rhizophora mucronata) sont endémiques. Il préconise le premier, pour l’aménagement paysager du nouveau site, ainsi que d’autres arbres adaptés aux zones côtières, notamment le Pandanus utilis (vacoa), le Pandanus vandermeeschii, le Cassine orientalis (bois rouge), le Latania loddigesii (latanier bleu), et l’Hyophorbe lagenicaulis (palmiste bouteille). Quant au Rhizophora mucronata, le consultant recommande qu’il soit replanté le long du mur de revêtement et servira de protection supplémentaire contre l’action des vagues.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x