Mauritius Oceanography Institute: deux enquêtes de l’ICAC en cours

Avec le soutien de

Le siège du Mauritius Oceanography Institute (MOI) a été la cible des enquêteurs de la commission anti-corruption, hier, jeudi le 29 septembre. Le lieu a été perquisitionné vers 9 heures et plusieurs éléments de preuves pour des enquêtes déjà en cours ont été saisis. 

Selon une source de l’Independant commission against corruption (ICAC), deux enquêtes ont été initiées sur le MOI. La première concerne un cas de fraude et l’autre porte sur des gaspillages de fonds lors d’attribution de contrats. «Pour l’instant, il n’y a pas de suspects, donc, il n’y aura pas d’interpellation. Ce n’est qu’une descente de routine pour la suite des enquêtes», explique-t-on au sein de la commission. 

Cette enquête a été lancée après qu’une lettre anonyme très détaillée a atterri au quartier général de l’ICAC, il y a environ deux mois. Cette missive dénonce plusieurs maldonnes. «Les accusations ne visent pas une seule personne. Si les allégations s’avèrent, plusieurs têtes tomberont», dit-on. 

Appel d’offres 

Parmi les dénonciations figure l’achat d’équipements à un prix exorbitant et qui ne sont pas utilisés comme prévu. La lettre cite aussi le cas d’un appel d’offres pour une formation de pêcheurs qui ne se serait pas passé selon les règles établies. Les dénonciateurs avancent que non seulement la compagnie qui a été choisie n’est pas passée devant de board du MOI, mais aussi que trois employés de l’instance ont participé à l’exercice alors qu’il était destiné à 65 pêcheurs. Notre interlocuteur précise que la lettre contient plusieurs autres allégations. 

Avec les éléments recueillis hier, l’enquête devrait bientôt être bouclée et permettre aux limiers de l’ICAC de savoir s’il y a effectivement eu des fraudes.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x