Musée des voitures de collection: nouveau coup d’accélérateur

Avec le soutien de
En attendant le futur musée, cette Citroën Trèfle de 100 ans sera visible le mois prochain à Curepipe lors du prochain «Classic & Vintage Cars Tour». Elle appartient à France Ganachaud, qui pose avec son frère Noël.

En attendant le futur musée, cette Citroën Trèfle de 100 ans sera visible le mois prochain à Curepipe lors du prochain «Classic & Vintage Cars Tour». Elle appartient à France Ganachaud, qui pose avec son frère Noël.

Le mois dernier, la Mauritius Revenue Authority a accordé des exemptions de droits de douane, d’accise et de TVA aux promoteurs d’un musée de voitures vintage. Vendredi, le Conseil des ministres a annoncé des nouveaux règlements à la «Road Traffic Act».

Qui est au volant ? C’est la question qui se pose depuis que le Conseil des ministres a annoncé vendredi que les Road Traffic (Historic Motor Vehicles) Regulations 2022 seront promulguées, dans le cadre de la création du Historic Motor Vehicle Museum. En précisant que ce musée hébergera une collection de 150 «originaux, des voitures vintage et classiques qui ont 40 ans et plus. Ces voitures sont uniques».

Réaction de Christophe Leroux, président de la Vintage & Classic Car Owners Association : «On le prend positivement, même si on ne sait pas grand-chose dessus.» En se basant sur l’expérience d’autres musées de ce type à l’étranger, «on sait qu’il devra y avoir un garage et des mécaniciens pour entretenir ces voitures. Nous espérons que cela va aussi bénéficier aux propriétaires de voitures ici et que ceux qui ont des problèmes auront accès à ce garage».

Il trouve aussi que ce sera un plus, «parce qu’en dehors de Chez Tante Athalie à Pamplemousses qui montre une collection de voitures, les touristes, les passionnés ne savent pas où aller pour admirer ces modèles». Christophe Leroux rappelle que les voitures classiques et vintage «sont reconnues depuis 2013 grâce au travail de l’association. C’est à partir de là que nous avons eu l’autorisation d’importer ces voitures».

Pour sa part, Arrmaan Shamachurn, président de l’association SOS Patrimoine en péril, explique qu’il a souhaité savoir si l’Economic Development Board fait toujours la promotion de l’investissement dans la filière patrimoine. «Est-ce que le musée de voitures vintage va dans ce sens ou est-ce un one-off ? Nous souhaitons que le patrimoine devienne un secteur économique.» Que les investissements dans cette filière, par exemple, la rénovation des bâtiments historiques, puissent par la suite générer des revenus.

Du côté du ministère des Transports, à la suite de l’annonce du Conseil des ministres, des informations n’étaient pas encore disponibles à ce sujet, hier. On ne sait pas encore où se situera le futur musée. Mais il est clair que ce n’est pas un collectionneur local, ni une association de collectionneurs locaux qui en serait le moteur, mais un investisseur étranger qui projette d’exposer sa collection de voitures à Maurice.

Le 8 août, la Mauritius Revenue Authority (MRA) a émis un communiqué intitulé Museum for motor vehicles à l’intention des opérateurs économiques. Toutes les conditions requises pour opérer ce type de musée ainsi que les exemptions de droits de douane, de TVA et d’accise y sont détaillées. La MRA explique que «toute personne opérant un musée pour véhicules qui détient un investment certificate de l’Economic Development Board», aura droit à ces exemptions. Elles concernent la construction de «purpose built building» pour abriter ce type de musée, les véhicules, l’importation de pièces détachées uniquement pour ces véhicules de même que les automobilia ou objets de collection liés à ces voitures.

Autre point important, la MRA souligne que depuis le 9 août (ces exemptions ont pris effet le lendemain de la publication du communiqué), «aucun permis d’importation ne sera nécessaire pour des voitures de seconde main qui seront exposées dans le musée». Alors que l’importation de voitures de seconde main ayant plus de quatre ans n’est pas autorisée. Ces avantages fiscaux poussent certains à se demander si ces facilités n’auraient pas pu être étendues non seulement aux promoteurs du musée de l’automobile mais aussi à tous ceux opérant un musée. En se demandant quels seront les retours sur investissement pour les caisses de l’État avec l’implantation d’un musée de voitures de collection ?

Mieux comprendre : Toutes les voitures anciennes ne sont pas vintage

Toutes les voitures anciennes ne sont pas des voitures «classic» ou «vintage». Légalement, les «classic or vintage cars» sont des véhicules ayant 40 ans ou plus, à partir de la date d’enregistrement à Maurice ou à l’étranger. Leur importation est autorisée. Par contre, dans le cas des voitures de seconde main, seules celles qui ont de «18 mois à quatre ans» sont autorisées à l’importation.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x