Publicité

Trois universités se regroupent pour venir en aide aux étudiants

16 février 2017, 18:23

Par

Partager cet article

Facebook X WhatsApp

Trois universités se regroupent pour venir en aide aux étudiants

Le but: mettre un frein aux problèmes auxquels font face les étudiants des universités. Les membres de l’union des étudiants de trois établissements tertiaires, l’Université de Maurice (UoM), l’Université de Technologie (UTM) et l’Université des Mascareignes (UDM), envisagent de créer une fédération pour les étudiants. C’est ce qui ressort d’une rencontre qui s’est tenue, mercredi 15 février. 

«Ce sera une voix nationale pour tous les étudiants des établissements tertiaires», explique Saahir Goolfee, le président de l’union des étudiants de l’UoM. Il est d’avis  que les étudiants font face à trop de problèmes. A titre d’exemple, à l’UoM, ceux qui effectuent le cours de BA (Hons) French with Creole, auront probablement du mal à trouver de l’emploi. La raison: le ministère a introduit un crash course à la MIE pour permettre aux enseignants existants de suivre des cours qui leur permettront d’enseigner le créole à l’école. 

«Ceux ayant choisi ce cours pour enseigner le créole, se retrouvent actuellement au chômage. Ils sont au nombre de 70 environ», a fait ressortir Saahir Goolfee. Et d’ajouter que «pour l’UTM et l’UDM c’est l’infrastructure qui reste à désirer. Le terrain de foot de l’UTM fait peine à voir. Des élèves ont même été blessés en jouant au foot, car il y avait des tuyaux qui traînaient à gauche et à droite». 

La fédération, dans un premier temps, représentera près de 20 000 étudiants. Mais, les membres envisagent de regrouper d’autres universités privées afin d’encadrer un plus grand nombre d’élèves. «Nous ne pouvons plus rester insensibles face au manque de considération du ministère à l’égard des étudiants», a soutenu Saahir Goolfee.

Les membres envisagent également d’organiser des Inter-Universities Event. Le but étant de réunir les étudiants de tous les établissements tertiaires de l’ile lors des évènements. Ils ont, dans la foulée, lancé un appel à la ministre de l’Education afin qu’elle intervienne.  

 

Publicité